Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Un jeu pédagogique pour comprendre la Première Guerre mondiale

Un jeu pédagogique pour comprendre la Première Guerre mondiale

Jeu de la victoire. 1915.
© Musée national de l’Éducation / Canopé
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le lycée B. Palissy d’Agen et les écoles d’Astaffort et de Layrac ont souhaité inscrire une action inter degré dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre en réalisant un jeu pédagogique.

Objectifs

L’objectif du projet est d’aboutir, par la réalisation puis la pratique d’un jeu pédagogique, à la connaissance et à la compréhension de la Grande Guerre comme une guerre moderne, totale et globale. Ce travail permet de consolider les acquis disciplinaires et/ou méthodologiques des élèves dans la perspective du baccalauréat ou de la 6ème en les amenant à produire un questionnement sur la Grande guerre, adaptables à différents niveaux, concernant « la violence du XXe s. » pour les primaires et « l’expérience combattante » pour les lycéens. De plus, toutes les activités invitent les élèves à s’interroger sur la place de l’enseignement de la Grande Guerre et mettre en évidence les enjeux mémoriels qu’elle porte (et réfléchir à la commémoration) en insistant sur la dimension locale.

Les partenaires

Le projet s’appuie sur une coopération inter-degré entre, d’une part, les classes de CM1-CM2 des écoles d’Astaffort et de Layrac et d’autre part 2 classes de 1ère ES du lycée Bernard Palissy d’Agen (Lot-et-Garonne), avec instauration d’un tutorat. Les archives départementales du Lot-et-Garonne, les médiathèques d’Astaffort et de Layrac sont mises à contribution.

Modalités

Les orientations

Toute la réflexion initiale favorise la découverte et la consolidation de compétences pluridisciplinaires à travers l’analyse de documents et la production de supports sur la Grande guerre. L’exploitation et la mise en œuvre de ces compétences se font dans le cadre des heures d’Accompagnement personnalisé et des cours d’histoire prévues dans l’emploi du temps des lycéens et dans le travail polydisciplinaire prévu en cycle 3. L’ensemble stimule l’initiation à la recherche et à l’enquête historiques à travers toutes sortes de sources : archives, mémoires, productions littéraires, cinéma, monuments et traces archéologiques. Il ouvre à la découverte ou l’approfondissement de la pédagogie par tâches complexes et/ou de projet. Enfin, l’utilisation des TICE est évidente pour la conception des supports pédagogiques.

Mise en œuvre concrète

Le travail s’organise autour d’équipes inter-degrés (2-3 lycéens et 2-3 primaires) ou uniquement de lycéens (pour les thèmes plus complexes). Les élèves ont eu à faire un pré-choix d’une vingtaine de documents, qu’après concertation, ils réduisent à 4, pour traiter le thème qu’ils ont choisi. Ils analysent les documents et réalisent une étude qui donne lieu à la production d’un questionnaire accompagné d’un support didactique adapté, outil d’approfondissement à une ou plusieurs « cases » du jeu. Ce dernier sert de trame à la chronologie mais aussi à une lecture thématique de la Grande guerre et donc à sa compréhension. Un groupe de lycéen est chargé de l’ingénierie du jeu et doit assurer la cohérence des diverses productions.

La création des supports d’approfondissement permet d’initier ou de confronter les élèves à : l’analyse iconique (affiches, photographies, cartes postales…), la rédaction et l’analyse de « lettres de poilus » , l’initiation à la lecture critique de document des lycéens vers les primaires, des recherches autour de la vision allemande de la guerre, un travail sur les stéréotypes de l’époque, la réflexion sur la mémoire de la guerre en France, dans les familles des élèves (récits familiaux), l’analyse de supports dessinés (ex :BD), l’étude de chansons et de poésies sur la Grande guerre, la préparation d’une visite « intelligente » au monument aux morts pour s’interroger sur la place de la commémoration (espace et temps), étudier la place de la Grande Guerre en Europe aujourd’hui, une visite aux archives départementales du Lot-et-Garonne, l’étude d’un temps fort (par exemple le 11 novembre), la production de cartes pour illustrer et comprendre les transformations géopolitiques de l’Europe, la topographie, géographie et archéologie du front, la place de l’école pendant la guerre.

Les thèmes retenus (dont la teneur et l’intensité sont variables en fonction des groupes de travail)

La vie dans les tranchées, les armes, l’armement, les grandes batailles (4-5 grandes batailles), les fraternisations, les fronts, les uniformes, les tenues, les femmes dans la guerre (au front et à l’arrière), la communication, propagande, le bourrage de crâne, le courrier, la censure, les enfants (dont l’école), les dégâts, les destructions, l’arrière (mobilisation économique), les mutineries et refus de la guerre, la représentation de l’ennemi, les chansons et poésies de la guerre, les lettres de poilus, des monuments au mort en Lot-et-Garonne, les loisirs au front, les coloniaux dans la guerre, le soldat inconnu (France, Italie, Allemagne, Turquie…).

Certains thèmes, plus complexes, ne concerneront que des équipes de lycéens : la chronologie, les grands monuments au mort, la mémoire, les communiqués d’armistice, la mort, les héros de guerre dans différents pays (Histoire croisée), un jour de guerre sur les fronts (exemple le 6 août 1916), regards croisés sur Caporetto et la Marne.