Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Sur les traces de Léon Outurquin, « un héros anonyme, comme beaucoup d’autres »

Sur les traces de Léon Outurquin, « un héros anonyme, comme beaucoup d’autres »

Extrait de la bande-dessinée réalisée par les jeunes participant au projet porté par l'Association Monphi sur Léon Outurquin
© Association Monphi
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

À l’occasion des centenaires des batailles de la Somme et de Verdun, l’Association Monphi a décidé de s’engager sur tous les fronts, avec de jeunes Polonais, Allemands et Français, du 5 au 12 Mai 2016.

Soutenue par la Mission du Centenaire, par la labellisation de son projet : « Léon Outurquin, un héros anonyme, comme beaucoup d’autres »,  l'association Monphi  va permettre à de jeunes collégiens et lycéens de transmettre la mémoire. En marchant sur les traces de Léon Outurquin, né dans la Somme en 1916, alors que son père mourra trois mois plus tard, à l’hôpital provisoire de Calais, sans jamais avoir vu son fils, les jeunes remonteront l’histoire sombre de l’Europe du XXe siècle. Au cours de leur séjour dans la Somme, ils rendront hommage à Léon Outurquin, dans la ville du Crotoy, en déposant une plaque sur sa maison natale, lors d’une cérémonie, en présence d’associations d’Anciens Combattants et de membres élus de la Ville du Crotoy. Ils transporteront de la terre, prise sur place, pour la transporter et la déposer au cimetière de Jammertal, sur la tombe du jeune Outurquin, mort dans le camp de Concentration de Drütte Salzgitter en 1943, à l’âge de 27 ans.

Ce projet réunira 28 jeunes venant de Szczecin, en Pologne, Salzgitter en Allemagne et Colombes en France, avec le soutien de l’OFAJ.  Il permettra de rendre hommage aux combattants de la Grande Guerre, qu’ils soient Allemands, Polonais ou Français, lors de cérémonies officielles à Albert, en présence du Souvenir Français et avec le soutien de l’Office du Tourisme et du Musée de la Somme ou à Verdun. Dans ce même cadre, il sera mis l’accent sur l’industrialisation de cette guerre (l’aviation avec les Frères Caudron, les premiers tanks Anglais, l’utilisation de la photographie, des gaz…), le rôle des femmes anonymes ou connues, comme Marie Curie, mais aussi E. Cavell ou Sœur Julie…

Le parcours suivi par les trois groupes, issus du Triangle de Weimar, les mènera sur les champs de Bataille de la Marne, à la Côte Moreau, Verdun, mais aussi Strasbourg, pour le volet Europe de demain et enfin à Salzgitter. Dans le cimetière de Jammertal, seront réunies des familles, représentant une partie des quelques 1400 prisonniers décédés dans le Camp des usines d’aviation Hermann Goering. Des représentants de la vie locale et régionale, mais aussi la presse seront présents. En lien avec le Mémorial du Camp de Drütte Salzgitter, la cérémonie permettra de déposer la terre, bénie au Crotoy, devant la tombe de Léon Outurquin.

La restitution finale du projet se fera sous la forme d’une bande dessinée, élaborée par les trois groupes, tant sur le plan dessins, dialogues, que colorisation, en lien avec le Lycée Garamont de la Garenne-Colombes et l’impression finale. Elle relatera la vie de Léon Outurquin, mais aussi les deux guerres mondiales, en ouvrant une dernière partie sur une Europe de demain, plus humaine et tolérante.

Elle devrait être présentée en divers lieux, dès Octobre 2016 et en particulier à Verdun le 11 Novembre 2016, où se déroulera également un concert trinational de la paix en la Cathédrale de Verdun.  Une exposition, autour de 1916, se déroulera à l’Institution Jeanne d’Arc de Colombes en Septembre, incluant les Journées Européennes du Patrimoine.

Ce projet, initié par l’Association Monphi et ses deux membres fondateurs depuis 2009, Monika Boczek et Philippe Belleuvre, doit permettre une approche pédagogique de la transmission de la mémoire.

Au travers de ce projet humain et très symbolique, l’Association Monphi veut montrer aux jeunes générations, que l’on doit de nos jours, se souvenir du passé, pour ne jamais l’oublier dans le futur. La question posée est: les héros anonymes doivent-ils être oubliés ou honorés? Monika Boczek et Philippe Belleuvre l’affirment : « c’est notre rôle de montrer aux jeunes générations, comment ils doivent agir plus tard et cela sans frontière et quels que soient les régimes politiques en place ! ».