Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > « Nos fils, nos familles dans la Grande Guerre »

« Nos fils, nos familles dans la Grande Guerre »

Vue d'ensemble de la fresque « Nos fils, nos familles dans la Grande Guerre »
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le projet a été mis en place fin 2013 via le programme Shared Histories entre le lycée général et technologique Gay Lussac de Chauny et le lycée Epsom Girls School d'Auckland sur le thème de l'engagement néo-zélandais en Picardie et sur les répercussions de la Grande Guerre sur les hommes mais aussi les femmes et les familles des soldats.

Mise en place, déroulement et progression

Les échanges et le travail collaboratif pour les élèves ont débuté en Février à partirde la plateforme Edmodo et se sont poursuivis jusqu'en avril 2015, les enseignants étant continuellement en contact par mails pour se coordonner. Le Gutenberg Gymnasium de Bergheim qui est jumelé avec le lycée s'est associé au projet en avril 2014. Les élèves des trois établissements ont échangé des informations (après étude de documents authentiques, lettres, cartes postales et poèmes, imprégnation des faits historiques et de l’implication des troupes de l’empire britannique en Picardie, travail sur la mémoire suite à la visite du musée d’Albert et circuit du souvenir ) sur le thème travaillé et leurs productions ( lettres, poèmes en français, anglais et allemand , graffiti, dessins..) élaborées au fil de ce partenariat.

Le début de leurs productions a été exposé dans un premier temps au CDI pour le 11 novembre et celles-ci ont servi de base à la réalisation d’une fresque commémorative dédiée aux soldats de la Premiére Guerre mondiale qui ont combattu en Picardie ainsi qu’à leurs familles et être chers. Des échanges de colis ( « care packages ») ont également été faits par voie postale et très appréciés par les élèves. Chaque mercredi après-midi depuis octobre 2014, les élèves de 1L1 au sein d’une classe à PAC ont participé à l’atelier artistique visant à réaliser la fresque, encadrés par un plasticien de la Ligue de l’enseignement, un professeur d’arts plastiques et les autres membres du projet. La fresque a été achevée, installée au sein du lycée et inaugurée en avril 2015 lors de la venue de nos partenaires néo-zélandais et allemands.

Tous les travaux de recherches en Histoire et de création d’écritures dans les trois langues réalisés en accompagnement personnalisé et en cours en histoire et en anglais par les élèves au fil de l’année scolaire ont aussi été exposés dans la salle municipale pour une ouverture au large public et aux communautés scolaires de la ville sous le titre : « Lycéens du monde : regards partagés sur la Grande Guerre ». Nous avons partagé cette exposition avec le projet du lycée professionnel Jean Macé de notre établissement qui portait sur « la bataille de la conscience », exposition inaugurée juste après la fresque.

Pour organiser l'accueil des 42 élèves néo-zélandaises et des 4 élèves allemands au sein des familles, des élèves volontaires d'autres classes ( toute filières confondues, générales et technologiques ) ont pu participer. Afin d'illustrer le sujet d'étude, grâce à la Ligue de l'enseignement, les 46 élèves français accueillant un correspondant, les 4 élèves allemands et les 42 élèves néo-zélandaises ont pu assister à un concert labellisé centenaire 14-18 « De la boue sous le ciel » dans lequel le chanteur François Guernier a mis en musique des textes écrits entre 1914 et 1918, reflets d’un quotidien difficile infligé aux hommes et aux femmes durant la Première Guerre mondiale. Pour que les chansons soient comprises par les élèves néo-zélandais qui n'apprenaient pas tous le français, les élèves ont aussi traduit ou résumé dans les heures d'AP les chansons en anglais dans un livret distribué avant le concert. La visite de la Caverne du Dragon et du Chemin des Dames pour tous ces élèves est également venue compléter ce travail, les élèves comme les néo-zélandais ayant déjà fait le circuit du souvenir de la Somme.

L'ensemble des élèves, en présence du maire et des anciens combattants s'est recueilli et a déposé une gerbe de fleurs au cimetière militaire français, britannique et allemand de Chauny. Les élèves néo-zélandais et français ont échangé et arboré des coquelicots et bleuets qu'ils avaient confectionnés.

La progression du projet a été plus que satisfaisante et a pris de l'ampleur au fil de l'année sur tous les plans, les échanges numériques et collaboratifs ont débouché sur une belle aventure humaine enrichissante et de belles rencontres. Les moments importants de cette progression ont été régulièrement mis en ligne sur le site Sharedhistories et apparaissent dans les sites suivants :
http://crdp.ac-amiens.fr/picardie1418/projets-pedagogiques/nos-fils-nos-famillesdans- la-grande-guerre/
http://aisne.com/-Vos-sorties,41

Les objectifs

Plusieurs objectifs étaient visés. La démarche s'inscrivait également dans le projet d'établissement visant à développer l'ouverture internationale, l'éducation à la citoyenneté, l'éducation culturelle et artistique des élèves. Le but était aussi de sensibiliser les élèves au devoir de mémoire, d'élargir leurs horizons, de découvrir d'autres cultures et langues mais aussi leur patrimoine historique local et le valoriser par la même occasion. Ces objectifs ont été atteints : le projet a réellement développé des compétences transversales et nous a permis d'offrir une approche pédagogique différente et plus motivante de l'apprentissage de la langue et de l'Histoire, tout en liant travaux individuels et collectifs.

Les élèves ont non seulement complété leurs connaissances historiques sur la Grande Guerre, ils ont aussi découvert un pan de l'Histoire de Picardie partagé avec la Nouvelle Zélande et les pays du Commonwealth. Ils ont acquis une culture littéraire certaine des poètes de guerre anglo-saxons et ont aussi agrandi leur culture géographique et générale en correspondant avec la Nouvelle Zélande. L'accueil des élèves néo-zélandaises les a ouverts sur la culture Maori. L'accueil des élèves néo-zélandaise a permis aux élèves de pratiquer la langue dans une situation authentique de communication et nouer des relations durables. Ceux-ci ont été ravis de constater qu'ils savaient échanger dans la langue étudiée , ce qui a donné confiance à beaucoup d'entre eux. L'atelier fresque a développé la culture et la pratique artistiques des élèves ainsi que le sens de l'engagement et d'appartenance à la communauté scolaire. Le concert et les visites ont aussi contribué à l'élargissement de leur culture.

Enfin, le projet et toutes les actions menées ont développé la réflexion autour du devoir de mémoire et de commémoration. Lors de la venue des élèves allemands et néo-zélandais, l'ensemble des élèves sont allés se recueillir et déposer une gerbe de fleurs au cimetière militaire français, britannique et allemand de Chauny. Les élèves néo-zélandais et français ont échangé et arboré des coquelicots et bleuets qu'ils avaient confectionnés. Tout ce travail a provoqué chez les élèves un sentiment de fierté mérité de contribuer à la transmission de la mémoire dans un élan symbolique de réconciliation entre les peuples. Ils sont contents que la fresque soit installée de façon permanente au lycée afin de commémorer de façon durable toutes les victimes de la Grande Guerre.