Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Les enfants de poilus

Les enfants de poilus

Page extraite du carnet de guerre réalisé par les élèves de l'école Saint-Genès de Bordeaux, Lauréat national 2014 du concours des Petits Artistes de la Mémoire.
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

À partir d’une exposition d’objets de combattants de la Grande Guerre, les élèves de CM2 de Saint-Genès de Bordeaux sont partis sur les traces d’un soldat de 14-18.

Le point de départ du projet de création d’un carnet de guerre est une exposition de divers objets appartenant à des soldats de 14-18, le havresac du poilu avec l’équipement militaire et le sac musette avec ses biens personnels. Le but était que les élèves s’imprègnent de cette période et imaginent le soldat dans son quotidien dans la tranchée. Cette étape a été complétée par des lectures variées sur la période. Cette présentation a permis aux élèves de s’approprier le sujet en amenant divers documents en classe : livret militaire, lettres, médailles… Ainsi l’arrière arrière grand-père d’une élève a été retenu en raison des nombreux documents apportés.

Le tocsin m’appelle, mon devoir me guide

À partir d’une recherche historique sur le régiment d’appartenance du poilu dont les élèves ont souhaité mettre en scène l’expérience, le 6ème R.I., ils ont exprimé ce qu’un soldat de 14 pouvait vivre et ressentir. Un groupe d’écriture et un autre d’arts plastiques se sont réunis chaque semaine pour reconstituer la réalité du conflit tel qu’il pouvait être vécu. Ainsi, les élèves ont écrit des lettres dans l’esprit de l’époque, à la plume sur papier ancien, sorte de facsimilé.                                                                                                         

Un carnet de guerre témoin de la mémoire

Éclairs d’acier, le carnet de guerre retrace la correspondance entre un poilu, sa femme et sa famille tout au long de ces deux longues années d’absence. Cet écrit transcrit ses peurs, ses souffrances, ses doutes mais aussi ses espoirs. Il montre les différentes étapes de sa vie jusqu’à sa blessure au combat le 25 mai 1916. Chaque écrit est illustré par des peintures, des photos, des dessins réalisés par les élèves. L’objectif est de compléter le texte afin de le rendre plus vivant, plus proche. Les élèves ont également voulu montrer l’importance du retour de ce soldat dans la vie civile auprès des siens par des réflexions personnelles du poilu et de sa femme. En quelque sorte décrire comment il a peu à peu réussi à se reconstruire après être revenu des portes de l’enfer.                                                                                            

L’espoir à n’en plus pouvoir, chanson nos rêves volés                            

Une part importante a été accordée à l’art dans le carnet de guerre élaboré par les élèves, dans l’intention de montrer la permanence de la grandeur de l’âme humaine malgré la dureté de la guerre. Cela nous a permis de montrer que ces hommes ont su résister à cette absence d’humanité grâce à l’art et qu’ils ont ainsi pu retrouver leur dignité d’homme. La création d’une chanson, texte et musique, réalisée également par les élèves accompagne cet hommage à tous ceux qui ont donné leurs plus belles années de leur vie à la guerre.