Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Le parcours d'une classe de CM2 engagée dans le concours des PAM

Le parcours d'une classe de CM2 engagée dans le concours des PAM

Archives municipales de Salon de Provence, lettre de remerciement.
© Archives municipales de Salon de Provence
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Plusieurs dizaine de classes oeuvrent dans le cadre du concours des Petits artistes de la mémoire à retrouver la vie des combattants de la Grande Guerre. L’école primaire Michelet de Salon de Provence s’est lancée depuis septembre dans cette belle aventure.

A la rentrée de septembre, la classe des CM2 de l'école Michelet de Salon de Provence s'est engagée avec beaucoup d'enthousiasme dans le concours des Petits Artistes de la Mémoire. Les investigations ont commencé par une visite du monument aux morts de la ville. Les enfants ont pu constater le nombre de morts important (374) pour la petite ville qu'elle était à l'époque. Ils ont cherché parmi les noms des noms de personnes connues et ont pu remarquer que certains noms apparaissaient plusieurs fois. La classe a ensuite assisté à la cérémonie de commémoration du 11 novembre.

L'enquête s'est poursuivie dans les familles de la classe sur la mémoire de la Grande Guerre, enquête qui a permis aux enfants d'engager une discussion avec leurs parents et grands-parents et de glaner quelques anecdotes ou souvenirs d'aïeux ayant « fait la guerre ». Mais dans aucune de ces familles ne subsiste de trace exploitable pour le concours.

Extrait du carnet Bompard.Afin de nourrir la réflexion, l'enseignante s'est alors rendue aux archives municipales, espérant y trouver des documents concernant quelques poilus morts pour la France dont les noms avaient été relevés sur le monument aux morts. Et le hasard a voulu qu'elle rencontre ce jour-là Madame Bompard, qui travaillait à rechercher des documents sur son grand-père et son grand-oncle, anciens poilus. Après avoir révélé que son grand-père tenait un carnet pendant la guerre, qu'elle s'est aussitôt proposé de montrer, un rendez-vous a été pris pour voir l'ensemble des documents qu'elle possédait concernant son grand-père. La classe a alors décidé d'étudier la vie de cet homme.

Les enfants sont ensuite allés visiter le musée municipal de l'Emperi, qui possède une grande collection d'uniformes et d'objets datant de la Première guerre Mondiale. Ils ont ainsi pu se faire une idée de ce que pouvait être la vie quotidienne du poilu.

L'archiviste municipale, Madame Pelé, est venue en classe présenter le journal tenu par les institutrices de l'école des filles des Capucins, qui ont joué un grand rôle pendant la Grande Guerre, en prenant sous leur aile les jeunes filles pendant le mois d'août 1914 et leur apprenant à tricoter pour les soldats au front. Elles sont devenues marraines de guerre, et les quelques lettres de remerciements de soldats sont très touchantes.

Enfin, Madame Bompard est venue en classe parler de son grand-père. Les élèves faisaient enfin connaissance avec « leur » poilu. Ce fut un moment fort.

Maintenant les élèves continuent l'exploration avec de nombreuses visites sur le site de la Mission du Centenaire, la lecture de lettres de poilus, la consultation de cartes postales, de photographies, avant de se lancer dans la production du carnet de « leur » poilu. Un grand projet pour lequel ils bouillonnent d'idées et dans lequel ils se sont lancés avec beaucoup de ferveur.