Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Le numérique comme outil pédagogique du Centenaire : « ceuxdebedee.com »

Le numérique comme outil pédagogique du Centenaire : « ceuxdebedee.com »

Image de la vidéo Ceux de Bédée.
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

De nombreux projets scolaires portant sur la Grande Guerre s'appuie sur l'outil numérique pour rendre compte des travaux des élèves. Ceuxdebedee.com propose une plongée dans les destins des combattants de la ville dont les noms sont inscrits sur le monument aux morts. Un exemple de restitution dont il peut être utile de s'inspirer.

Ecrire l'Histoire, tel est le challenge proposé à 34 élèves de 1ère L/ ES2 du lycée Victor et Hélène Basch de Rennes, en ce mois de novembre 2013. Un défi pour des élèves de 16 ans novices en la matière. Cinq mois plus tard, un site Internet « ceuxdebedee.com » voit finalement le jour et met en lumière les destins broyés des cent vingt poilus de Bédée (Ille et Vilaine).

La réussite de ce projet repose d'abord sur la richesse et la diversité des collaborations. En effet, « Ceux de Bédée » a été labellisé par la Mission du Centenaire ; il s'inscrit dans le cadre du projet de l'Académie de Rennes « Du conflit européen à la guerre totale » ; il a été impulsé par l'Université de Rennes 2 : Gilbert Nicolas, Professeur des Universités, en assure la direction scientifique. Trois étudiants de Licence 3 et Master 2, Marie Guého, Alexandra Kaimanovitch et Amaury Bourion ont ainsi participé à l'encadrement de la classe de 1ère, pilotée par leur professeur, Gwénaël Foucré. Enfin, la Mairie de Bédée a accompagné et soutenu le projet pendant ces mois d'intense labeur.

Un travail sur les sources

Les élèves ont tout d'abord travaillé à partir de sources historiques diverses ; en premier lieu, les photos de ces poilus, inestimable trésor ! A partir de cette découverte, et en s'appuyant aussi sur les noms inscrits sur le Monument Aux Morts, les élèves ont ouvert les Registres Matricules Militaires conservés aux Archives Départementales d'Ille et Vilaine. Pour chaque combattant malheureux, ils ont rempli des fiches individuelles, compilé les données en un tableau de synthèse. Enfin, s'appuyant sur toutes ces données et les Journaux de Marches et Opérations et les Historiques de Régiments, ils ont écrit, petit à petit, l'Histoire de ces paysans qui ont connu ce que Maurice Genevoix appelle « l'incommunicable ».

L'Histoire n'est pas la Mémoire mais la relation entre les deux domaines est une évidence. Ces cinq mois de travaux historiques ont permis de sortir de l'oubli ces cent-vingt sacrifiés que les vivants ne regardent plus (ou si peu). Les élèves ont également découvert que tous les noms des « Morts pour la France » de Bédée ne figurent pas sur le Monument de la commune. Aussi, la municipalité de Bédée a-t-elle décidé d'ajouter les noms manquants.

Une restitution numérique

Il s'agissait de rendre compte de ce projet historique en s'appuyant sur les outils de communication d'aujourd'hui. Le site Internet permet de multiplier les thématiques, d’actualiser nos informations et aussi de miser sur l'interaction. Tout internaute peut déposer un commentaire et recevoir une réponse. Un film 3D de 7 minutes, réalisé par un lycéen de 16 ans, a donné un « supplément d'âme » au projet. Il a largement contribué à élargir l'audience du site. « Ceux de Bédée » a été présenté à quatre reprises au grand public.

En conclusion, « Ceux de Bédée » est l'histoire de rencontres : une rencontre entre générations, celle du « Feu », celle des descendants de ces poilus et la jeunesse d'aujourd'hui ; une rencontre de disciplines, l'Histoire (celle des « petites gens » et des ruraux), la Géographie, les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication, les Sciences Sociales ; une rencontre entre l'Enseignement Supérieur et l'Enseignement Secondaire ; une rencontre entre professeurs, étudiants et élèves car c'est aussi sur des projets de ce type, dans lesquels le rapport à l'adulte est différent, que l'adolescent acquiert savoirs et compétences transdisciplinaires, construit son identité citoyenne.