Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > Le lycée Vauvenargues réalise un webdocumentaire sur la Grande guerre

Le lycée Vauvenargues réalise un webdocumentaire sur la Grande guerre

Collection Mme Aymes
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le lycée Vauvenargues a souhaité inscrire son action commémorative dans l’appel à projet « histoires héritées, mémoires partagées ». Le choix du support, un webdocumentaire s’est imposé comme la formule la plus adaptée à une production se situant sur plusieurs niveaux et comportant des documents de natures variées. Le projet s’articule autour de deux axes.

Tout d’abord une approche à l’échelle locale et croisée avec une autre ville d’un pays d’Europe ayant participé au conflit mondial.

Ainsi les élèves ont pu étudier le déroulement de la guerre depuis Aix-en-Provence, en s’appuyant sur des documents collectés parmi la communauté scolaire à l’occasion de l’opération : « le vide grenier de la Grande Guerre ». A cette mémoire individuelle se sont ajoutés des journaux locaux d’époque, consultés et dépouillés, et des interventions d’associations d’anciens combattants qui ont fourni une approche historique et mémorielle plus officielle.

Les élèves ont donc confronté dans un premier temps cette approche locale avec leur cours d’histoire qui offrait une approche aux échelles nationales, européennes et mondiales.

Puis, dans le cadre d’un échange scolaire, les élèves impliqués se sont rendus à Pécs en Hongrie pour appréhender le vécu et la mémoire de ce conflit du côté d’un pays qui a beaucoup perdu (des hommes, des territoires) lors de cette guerre et du Traité de Trianon. Il a été possible de ressentir une mémoire encore vive et faite d’amertume et de mieux comprendre ce qu’était un Etat multinational et les enjeux afférents.

Un deuxième axe d’étude a d’emblée été suivi. Celui de réaliser une approche mixte de la mémoire de cette guerre. Comment les jeunes filles et les jeunes garçons perçoivent-ils, reçoivent-ils les héritages de cette guerre si lointaine ? Que représente-telle pour eux, cet héritage participe-t-il et jusqu’à quel point de la construction de leur identité ?

Ces recherches et de ces rencontres ont amené la rédaction de plusieurs écrits : analyse d’images, de journaux, de lettres de poilus, d’objets pieusement conservés. Les élèves ont associé des images entre elles pour traduire en tant que fille ou garçon leur réception de la guerre. Le résultat est visible dans le webdocumentaire réalisé à cette occasion.

Enfin, grâce aux recherches menées sur un « poilu » dont la petite fille est venue témoigner et la base de données du site « mémoires des hommes », il a été possible de retrouver la tombe de ce soldat alors que sa famille le croyait disparu et n’avait jamais été informée de cette sépulture.

Un petit groupe d’élèves a alors décidé de participer au concours organisé par l’ARPEJ intitulé « Noms de guerre » pour raconter cette histoire, celle de ce poilu « retrouvé ». Ils ont obtenu le prix régional et le deuxième prix national (voir l'article primé).