Espace pédagogique > Mobilisation de La Communaute Educative > 14-18 de part et d'autre du Rhin : mémoires du passé, voix du présent

14-18 de part et d'autre du Rhin : mémoires du passé, voix du présent

Extrait de la pièce de théâtre « Éclats de voix 1914-1918 »
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les vingt-cinq élèves de Première Littéraire du lycée Chateaubriand de Rennes se sont investis, durant l’année scolaire 2014-2015, dans un travail de mémoire et d’histoire interdisciplinaire, qui a abouti le 31 mars 2015, devant un large public de la MJC du Grand Cordel, dans le quartier du lycée, à une mise en voix et en espace de textes littéraires, d’archives et d’historien-ne-s, en français et en langues étrangères. Cette représentation était intitulée Éclats de voix 14-18.

La guerre 14-18 à la croisée des mémoires pour une histoire commune

Les élèves ont été amenés à s'interroger, à partir d’un corpus de textes franco-allemands et plus largement européens, sur les relations entre mémoire(s) et histoire et l’apport des récits, de la narration, et du sensible à l'histoire de la guerre 14-18. A l’aide de mémoires croisées, produites sur différents supports, pendant la guerre et après, le projet a été réalisé en lien avec les programmes d'histoire, d'histoire AbiBac (en langue allemande), du français et des langues vivantes.

La classe avait pour particularité de comporter des élèves au double cursus : filière française du Baccalauréat et filière du double cursus, Baccalauréat et Abitur (Bac allemand). Le projet a également concerné les correspondants allemands reçus dans cette classe ainsi que deux correspondants australiens. Il a été mené en histoire et en français, en langues française et allemande, en documentation, en anglais et arabe.

La mise en voix et en espace a été envisagée avec les élèves comme un travail de mémoire entre devoir de mémoire et devoir d'histoire. Pour cela, les élèves, encadrés par leurs professeurs, l’ont été aussi particulièrement par deux comédiens professionnels. Ils les ont amenés, à partir des sources collectées et étudiées, littéraires (Blaise Cendrars, Erich Maria Remarque, E. A. Mackintosh, Amadou Hampâté Bâ…) et d’archives, documentaires, à faire un choix de textes qu'ils ont restitués auprès du public avec sensibilité et intensité.

Le projet s’est déroule en trois étapes sur deux trimestres :

Une première étape a sensibilisé les élèves au patrimoine mémoriel.

Un travail de trois séances, grâce à la participation de Benoît Berthelot, attaché de conservation du patrimoine, à partir de l'exposition 14-18 : Le front, l'arrière, la mémoire, aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, leur a fait découvrir un aspect du patrimoine breton intégré dans le conflit européen (textes, affiches, photographies, objets).

En parallèle, les enseignants et les intervenants extérieurs les ont entraînés dans un parcours de découverte historique, littéraire (témoignages et fictions de l'époque, fictions d’aujourd’hui, bandes dessinées) et artistique (peinture, musique, cinéma) de la Grande guerre. Ils ont ainsi pu assister à la projection en salle du documentaire David et Fritz puis rencontrer le producteur Jean-François Le Corre (Vivement Lundi !) et la réalisatrice Nathalie Marcault, à propos du travail du dessinateur David Vandermeulen pour ses albums de BD sur Fritz Haber, chimiste allemand qui a élaboré les gaz de combat.

Ce parcours s’est poursuivi au second trimestre par l'étude d'une œuvre de l'écrivain Jean Rouaud (Les Champs d'Honneur, Prix Goncourt 1990). Une rencontre organisée au lycée entre la classe, l'écrivain et l'historien Yann Lagadec, enseignant à l'université de Rennes 2 et spécialiste régional de la Grande Guerre, a été le point d'orgue de l'étude et vécue avec beaucoup d’enthousiasme par les élèves.

La troisième étape, enfin, mise en voix et en espace des mémoires collectées de deux heures, s’est faite sous la direction des deux comédiens professionnels, Chrystel Petitgas de la Compagnie rennaise La Mauvaise tête et Emerick Guezou. Une captation de près de 40 minutes a été réalisée par dix étudiant-e-s  de première année des Classes préparatoires aux grandes écoles, Lettres supérieures, option Cinéma et audiovisuel, conseillés par leur professeur.