Espace pédagogique > La Grande Guerre en poèmes, collages et estampes, créés par des lycéens de Behren-lès-Forbach

La Grande Guerre en poèmes, collages et estampes, créés par des lycéens de Behren-lès-Forbach

© Lycée Hurlevent de Behren-lès-Forbach
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La classe de Terminale CAP du lycée Hurlevent de Behren-lès-Forbach, en Moselle, s’est lancée dans la création artistique pour aboutir à une exposition de dessins, de collages, d’estampes et de poèmes révélant de fortes émotions. Une exposition qui était visible à la mairie de Behren-lès-Forbach du 28 avril au 19 mai 2017, et qui a été le décor de la fête de l’Europe, le 8 mai. 

Ce projet pluridisciplinaire (Lettres, Histoire, EMC et Arts Appliqués) a guidé les élèves sur les traces des Poilus, les a plongés au cœur des batailles sanglantes, dans le ressenti des combattants, dans les souffrances et traumatismes atroces des gueules cassées, dans la peur, le sacrifice, le refus de combattre. C’est un devoir de mémoire qu’ils ont mené avec une grande sensibilité.

Le travail a débuté dès septembre 2016 avec la mise en place du contexte historique suivie de l’étude de la Bataille de Verdun basée sur divers documents : extraits du documentaire Apocalypse, un témoignage de J. Lépine sur l’enfer de Verdun, un extrait du discours de François Mitterrand sur l’importance de la Mémoire, des lettres de Félicien Chapsaur sur l’enfer de Verdun.

La classe a ensuite abordé l’essoufflement en 1917 en lisant plusieurs documents qui les ont bouleversés : des extraits des carnets des tranchées, une lettre de Pierre Suberviolle dans laquelle il relate l’importance des lettres de la famille pour garder espoir, ou encore une lettre d’Etienne Tanty qui évoque les refus de combat.

Parallèlement, en Français, les élèves ont étudié un extrait du roman autobiographique Les croix de bois de Roland Dorgelès, entre autres. Ils ont analysé un film réalisé par Gabriel Le Bomin Les fragments d’Antonin de 2005 qui retrace le parcours terrible du Poilu Antonin Verset. Ce dernier répétait souvent : « Combien de temps faut-il pour construire un homme, combien de temps faut-il pour le détruire ? ». Ce film a permis d’aborder les traumatismes physiques mais surtout psychiques, la désertion, la mutinerie, etc. Ils ont pris conscience des paradoxes, des entraves aux valeurs morales et éthiques que la situation de guerre engendre. Les élèves ont aussi repéré des figures de styles, des champs lexicaux et ont pu ainsi construire un « nuage de mots » et une « boite à outils » qui ont permis de définir les procédés de style pour attirer le regard, les émotions.

En Arts Appliqués, l’enseignante a exploré avec eux, les émotions, les combats, les tranchées et les gueules cassées à travers des œuvres picturales : Otto Dix, Vallotton, Grosz, Bacon, René Appalec, Olivier Keuchel, Munch, Heckel, Niki de St Phalle. Comment représenter les sentiments, la souffrance psychologique ? Comment transmettre au public ? Les élèves ont proposé alors des solutions avec des techniques artistiques variées.

La phase de création a été intense. Chaque semaine, la classe a bénéficié d’une heure d’Atelier personnalisé durant laquelle elle est scindée en deux groupes ; l’un travaillait en Français, l’autre en Art.

En Français, le thème était « Les mots pour relater les maux » dans la poésie (ci-contre, un exemple de poème créé par les élèves).  Les rimes n'étaient pas toujours parfaites mais les élèves ont compris l'important : le message. Pour eux, la beauté du poème n’est pas sa forme mais les émotions qu’il dégage. Parfois un beau poème est un poème qui dérange. C’est le cas du poème qui a été composé en commun : « Le mutin ».

En Art Appliqués, les explorations ont porté leur fruit. Chacun a fait des esquisses, noirci les feuilles, gommé, retracé, réfléchi puis recommencé… Les élèves ont pratiqué la linogravure pour obtenir de magnifiques estampes. Ils ont aussi créé des masques avec du collage. La classe de Première Bac Pro Enseigne et Signalétique a par ailleurs été solicitée pour créer des bornes lumineuses sur le thème de la Première Guerre mondiale.

Certains élèves ont lu les poèmes créés en classe lors de la soirée des Poètes, organisée le 17 mars 2017 par le service culturel de la municipalité de Behren. Ils ont atteint leur objectif : être les messagers des Poilus et émouvoir le public. D’autres ont trouvé le courage de lire lors du vernissage de l'exposition qui a eu lieu le 28 avril 2017.