Espace pédagogique > L'aide française à l'Italie en 1917 commémorée par des collégiens de Clermont-Ferrand

L'aide française à l'Italie en 1917 commémorée par des collégiens de Clermont-Ferrand

Pederobba
© Collège Blaise Pascal de Clermont- Ferrand.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le collège Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand commémore depuis 2014 le Centenaire de la Grande Guerre, avec labellisation par la mission du Centenaire. Cette année, le projet "Un siècle, une guerre, un idéal, deux pays : mémoire de nos Pères de la France à l’Italie" a permis à 41 élèves de Troisième de commémorer le centenaire de l’aide française en Italie.

Forte d’un engagement personnel ancien dans la transmission de la mémoire et des valeurs de la République, Véronique Jam, professeur d’histoire-géographie au collège Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, implique depuis une quinzaine d’années ses élèves de 3e dans les cérémonies de commémoration de sa ville. Elle collabore depuis 2014 avec son collègue de lettres Sébastien Madriasse, pour créer des projets transdisciplinaires qui ont reçu une labellisation de la Mission du Centenaire. Cette année, à l’occasion du Centenaire de l’aide française à l’Italie, elle a souhaité donner à ses projets une dimension européenne.

Un travail sur les archives

41 élèves de 3e du collège Blaise Pascal ont eu l’opportunité de se rendre sur divers lieux mémoriels et culturels de l’Italie du Nord-Est.  Un travail de fond a tout d’abord été mené en amont en classe et en interdisciplinarité. Les élèves ont pu travailler autour d'un lexique historique, argotique et littéraire de la Grande Guerre notamment grâce à un travail d'archives soutenu sur des lettres, des photographies. Ce travail d'archives a permis la réalisation d’Abécédaires illustrés, dont une partie est destinée à la publication. De plus, au cœur de ce travail de transmission de la mémoire, le projet s’est aussi inscrit dans un désir d’offrir aux élèves une perspective plus large et européenne : celle de tenir un carnet de voyage au gré des visites sur les lieux de mémoire italiens.

Un voyage commémoratif en Italie

L’objectif principal de ce voyage s'est concrétisé en Vénétie, à Pederobba, où trône le Monument-Ossuaire accueillant les restes de 1000 soldats français venus apporter leur aide en 1917. Après un travail conséquent de préparation et d’organisation mené par le professeur d’histoire auprès de la municipalité de Pederobba, du Consulat général de France à Milan et du Souvenir Français en Italie, le projet a connu le 4 avril 2017 un bel et émouvant aboutissement. En présence du représentant du maire de Pederobba, des enfants de l’école locale fermée pour cette occasion, des anciens combattants italiens, élèves et enseignants français ont pu assister et participer à une solennelle et poignante cérémonie franco-italienne. Après l’interprétation des hymnes français, italien et européen par la fanfare militaire, la représentante de la mairie, les enseignants français et leurs élèves ont prononcé des discours dans les deux langues, ravivé la flamme du souvenir, déposé une gerbe de fleurs aux couleurs de la France, dans un beau moment de respect, de recueillement et de fraternité franco-italienne. Les participants ont en outre eu l’honneur de pénétrer à l’intérieur de l’ossuaire, grâce rarement accordée.

Plus tard dans la journée, les élèves ont aussi eu l’occasion de s’immerger dans la réalité du conflit de l’autre côté des Alpes par la visite du Musée de la Première Guerre mondiale de Rovereto, qui leur a permis de mesurer, à travers la proximité des vécus et la conscience d’une histoire commune, toute la nécessité d’une transmission de la mémoire entre les peuples et entre les générations.

Le voyage a aussi conduit les élèves sur des lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale : le camp de concentration de Fossoli où fut interné Primo Levi avant d'être déporté à Auschwitz, le monument-musée au déporté politique et racial de Carpi (Emilie-Romagne).

Ce projet, mené en histoire et en lettres, a reçu le soutien financier du Souvenir français, de la FNAM, de la DMPA et de la Mission du Centenaire.