Comprendre le Centenaire
Espace pédagogique > Compte rendu de l’atelier "L'éducation musicale et les commémorations du Centenaire"

Compte rendu de l’atelier "L'éducation musicale et les commémorations du Centenaire"

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Pour clore le volet pédagogique du Centenaire de la Première Guerre mondiale, la Mission du Centenaire a organisé à Bordeaux du 25 au 27 mars 2019 trois journées de bilan et de restitution des actions éducatives réalisées depuis 2012, à travers la tenue de tables-rondes, de conférences et d’ateliers à destination d’enseignants venus de toutes les académies de France.

Modérateur de l’atelier : Eric Boisumeau, conseiller académique pour les arts et la culture, service de la DAAC
Assisté de : Linda Dugrip et Nicolas Charrié, chargés de mission DAAC.

Un groupe d’une douzaine de personnes est venu assister à cet atelier dont l’objectif principal était de présenter le travail des établissements de l’académie de Bordeaux mené dans le cadre d’un des parcours proposés par la DAAC (Délégation Académique à l’éducation Artistique et Culturelle du rectorat de Bordeaux) et mettant en œuvre la création musicale. Nous avions convié des représentants de deux établissements ayant participé à ces parcours, la Segpa du collège Cheverus de Bordeaux ainsi que le collège les Dagueys de Libourne. Les autres participants étaient pour l’essentiel des enseignants du premier degré de l’académie de Bordeaux, ainsi que trois enseignants d’autres académies.

Le premier temps de cet atelier a consisté à expliquer le fonctionnement du parcours proposé par la DAAC autour de la Grande Guerre et la paix. Ce parcours permet à des établissements de l’académie de mettre en place un projet global mêlant éducation artistique et éducation à la citoyenneté en interdisciplinarité. Trois temps fort dans l’année rythment ce parcours :

- un temps de formation enseignants

- une journée d’imprégnation pour les élèves et les enseignants sur le thème de la Grande Guerre (visite des carrés militaires, atelier avec le consul des États-Unis à la bibliothèque du musée d’Aquitaine, atelier aux archives Bordeaux métropole sur des objets de la Grande Guerre, etc<.)

- un temps de restitution des productions artistiques.

Nous en avons profité pour montrer aux auditeurs des exemples de productions des établissements engagés. Celles-ci sont en grande majorité des chansons accompagnées parfois de mises en scène théâtrales. Voici le lien permettant de se faire une bonne idée de ces productions : https://lagrandeguerre1914.wixsite.com/bordeaux/creation-2017-2018

Un temps d’échange fructueux a suivi cette présentation. Les enseignants ayant déjà pratiqué ces parcours ont pu faire part de leur expérience et répondre à des questions concrètes mêlant aspects techniques et préoccupations pédagogiques autour de la création musicale. Deux problématiques ont particulièrement été abordées :

- celle concernant le coût financier attaché à de tels projets.

- celle concernant le temps consacré dans l’année à ce dispositif qui peut être chronophage.

Des réponses concrètes ont été apportées. Le coût financier est en partie pris en charge par la DAAC mais, effectivement le principal problème reste le financement des transports qui renvoie comme à chaque fois à la notion d’inégalité territoriale. Le trinôme académique (ministère de la Défense, IHEDN et Education nationale) nous permet de financer le transport des établissements de Gironde, mais cela reste à la charge des établissements venant des autres départements de l’académie.

L’aspect chronophage de tels projets peut être quant à lui un atout quand ce dernier est mené en équipe et de manière interdisciplinaire. L’approche pédagogique moderne par compétence profite de ce type de dispositif. La difficulté réside néanmoins dans l’efficacité de l’évaluation où la réflexion doit se poursuivre.

Nous avons échangé nos coordonnées respectives et restons à disposition des équipes par la suite.