Espace pédagogique > Compte-rendu de l'atelier : "La question coloniale et le regard de l’autre"

Compte-rendu de l'atelier : "La question coloniale et le regard de l’autre"

Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)
© D.R.

Pour clore le volet pédagogique du Centenaire de la Première Guerre mondiale, la Mission du Centenaire a organisé à Bordeaux du 25 au 27 mars 2019 trois journées de bilan et de restitution des actions éducatives réalisées depuis 2012, à travers la tenue de tables-rondes, de conférences et d’ateliers à destination d’enseignants venus de toutes les académies de France.

L’atelier suscitait beaucoup d’attente de la part des auditeurs venus nombreux. Les thèmes développés : le regard en miroir des métropolitains sur les soldats coloniaux, la Première Guerre mondiale comme vecteur d’émancipation pour les Noirs américains, la place des minorités dans l’engagement combattant ainsi que le traitement pédagogique de chacun de ces aspects en classe ont fait l’objet de développements repris et approfondis à la lumière des questions de chacun.

Afin de concrétiser ces éléments, les intervenants se sont appuyés sur des documents authentiques. L’historien Jean-Yves le Naour faisant référence à des clichés photographiques inédits et contemporains du conflit, à des éléments issus de la recherche historique (lettres de poilus, coupures de presse de l'époque…). Le professeur d’Anglais Stéphane Brioux évoquant les stratégies pédagogiques nourries des éléments présents sur le territoire où il enseigne au lycée Jean de La Fontaine (Château-Thierry) : Monument de la cote 204 et son centre d’interprétation américain, carnet du Capitaine Butler ainsi que la cérémonie du Memorial day à la Nécropole américaine dans le village de Belleau.

Un point de vue différent  à été apporté par la diffusion des travaux de la chorégraphe Jackie Valdivia, professeure d’EPS au lycée Jean de La Fontaine qui, au cours de ce centenaire a conçu et fait jouer à ses élèves deux pièces, La fleur au Fusil et Les tirailleurs (https://youtu.be/IPLg-p2wMo4). Le court métrage La Barque de mon père réalisé avec les élèves de Vincent Bervas présenté à l’occasion des cérémonies du centenaire de l’offensive au Chemin des Dames, le 16 avril 2017, a également servi d’élément de réflexion sur les pistes pédagogiques que l’on peut investir à ce sujet.

Les interrogations des spectateurs étaient tous azimuts, enrichies par leurs connaissances parfois pointues du sujet à l’image du Général Irastorza ou encore de professeurs des collèges et lycées comme M. Touron.

Les deux ateliers successifs n’ont pas développé les mêmes axes de réflexion. Si le premier a laissé une place majeure aux conditions de vie et de combat des soldats coloniaux et afro-américains dans le conflit, le second s’est davantage penché sur la perception que les populations, d’Europe et des continents desquels ils étaient partis avait de leur action depuis leur époque jusqu’à aujourd’hui.

Toutefois ils sont arrivés à la même conclusion : la recherche historique et l’école sont les vecteurs privilégiés de la diffusion des savoirs à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’un sujet pouvant prêter le flanc à des interprétations orientées, et même parfois détournées, au service d’idéologies développées depuis la fin du conflit.