Espace pédagogique > 300 collégiens et primaires s'échangent des lettres de Poilus

300 collégiens et primaires s'échangent des lettres de Poilus

Sans illustration

Afin d’aborder le Centenaire de la Première Guerre mondiale d’une manière vivante et pédagogique, les élèves de 6e du collège Dussarrat de Dax (Landes), ont échangé, durant l’année scolaire 2013-2014, des lettres de poilus avec les élèves des écoles primaires de la région. Un peu plus de trois cent jeunes ont été concernés par ce projet d’ampleur.

L’intention pédagogique

Ce projet, fondé sur une relation épistolaire entre plusieurs établissements landais, a eu pour vocation, le temps d’une année scolaire, de faire revivre aux élèves les dialogues entre les soldats et leur famille. Des collégiens de 6e ont ainsi rédigé des lettres fictives de poilus, qui ont par la suite été partagées avec des primaires de CM2. Ces derniers, jouant le rôle des familles restées à l’arrière, ont à leur tour répondu, afin de maintenir la correspondance entre les établissements. Ce travail a donc permis aux élèves d’aborder deux points de vue sur la guerre, bien différents par leurs aspects quotidiens, et pourtant analogues en termes de sacrifices : la vie au front en parallèle de la vie à l’arrière.

Les intérêts pédagogiques de ce projet sont multiples, variés, et sont en lien avec les divers apprentissages scolaires. En premier lieu, un important travail de lecture et d’écriture a été fourni par les élèves, avec la possibilité d’effectuer des travaux transversaux avec d’autres disciplines. Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, a été mené un travail de mémoire qui est un élément majeur de ce projet. Il en découle ainsi, via l’Enseignement Moral et Civique (EMC), un considérable travail de réflexion sur la notion de citoyenneté et les symboles et valeurs de la République.

En outre, les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) n’ont pas non plus été négligées, et vont de pair avec les actions de « tâches complexes », dans lesquelles les élèves ont été des acteurs à part entière du projet. Le lien interdegrés entre les CM2 et les 6e a donc joué un rôle majeur, afin que cette activité pédagogique puisse prendre tout son sens et son ampleur. Il a été par conséquent possible d’évaluer les élèves sur leurs compétences pratiques et théoriques, ce qui s’est avéré d’autant plus utile pour les classes sans notations.

Les temps forts du projet

Quatre grands moments ont découpés cette année scolaire, équivalent à quatre échanges de lettres. Tout d’abord, la sensibilisation des élèves à ce qu’est la Première Guerre mondiale, directement suivi par la rédaction des lettres et de l’échange épistolaire en lui-même. Puis la visite d’une exposition sur les poilus, et enfin, la rencontre entre les élèves de 6e et de primaire, symbolisée par la « permission » qu’avaient les soldats de se rendre chez eux, trois par an.

De septembre à novembre ont eu lieu cinq séances de sensibilisation à la Grande Guerre. La première d’entre elles a été une sortie au monument aux morts de la ville de Dax, dont le but était de faire prendre conscience aux élèves de sa présence, mais aussi sa valeur. La deuxième séance a été un apport de connaissances théoriques générales sur les origines de la guerre. Puis la troisième, dans la lignée de la séance précédente, apportait des connaissances plus spécifiques sur les soldats (description des uniformes, armes d’époque, évolution de l’armement) et les notions de guerre de mouvement et de guerre de position. Enfin, les deux dernières séances ont eu pour objectif la lecture de lettres entre les soldats et leurs familles, avec une « mise en forme » du soldat ou de la famille assigné à chaque groupe (ceci afin d’éviter les anachronismes).

Entre décembre et mai, les élèves étaient au cœur du travail épistolaire, avec la rédaction, l’envoi des lettres, et bien sûr la lecture orale devant la classe. Quatre thèmes ont été prédéfinis, en rapport avec la période de l’année scolaire, afin d’orienter les élèves dans leurs rédactions. Il y a ainsi eu le premier Noël passé au front ; puis l’hiver et ses tranchées boueuses (ou au contraire les difficultés du travail agricole pour les familles) ; le temps des blessures et de l’hospitalisation ; et enfin, l’annonce tant attendue d’une permission (qui permettait aux élèves de se rencontrer).

Lors de la fête du collège en juin (ainsi que dans les écoles primaires), ont été exposées les meilleures lettres fictives. L’association Culture en S.A.C. du village de Saugnac et Cambran, a par la suite accueilli pendant le mois de mai, les élèves lors de l’exposition 14-18 sur les traces de nos poilus. Enfin au mois de juin, au cours de la journée de visite du collège par les élèves de CM2, s’est déroulée la rencontre entre les élèves « soldats » collégiens en permission, et « leur famille » du primaire.

Le clou de l’événement a été le spectacle Verdun, donné par la Compagnie des Transports Imaginaires de Bourges (basé sur des lettres de poilus et confrontant sur scène différents médias).

Les acteurs du projet

Ce sont en tout sept classes de 6e du collège Dussarrat de Dax, et huit écoles primaires de la région (Berre, Les Pins, Sully et Saint Vincent à Dax, puis les écoles primaires de Seyresse, Heugas, Tercis et Saint Lon les Mines) qui ont participé à ce vaste projet. Pour les enseignants, cet ambitieux projet allait au-delà de l’apprentissage de la Grande Guerre : il s’agissait d’aborder d’autres points pédagogiques cruciaux, tels que la mise en exergue de l’histoire européenne, le perfectionnement de la compréhension de la citoyenneté et des valeurs de la République, ainsi que l’approfondissement de la compassion envers leurs aïeux.

L’action pédagogique commémorative s’est poursuivie dans le département des Landes, lors de l’année scolaire 2017 – 2018, avec la participation de deux établissements. Il s’agit d’un collège de Mugron (collège Soubaigné) et d’un lycée de Mont-de-Marsan (lycée Duruy), qui, outre un voyage commémoratif sur les lieux de la Grande Guerre, ont produit des travaux collectifs oraux et écrits, et ont participé à l’organisation d’une exposition sur la Première Guerre mondiale.

Pour aller plus loin

> Le site de la Compagnie des Transports Imaginaires de Bourges, spécialisée dans les représentations pour les établissements scolaires
> Le site de l’académie de Bordeaux, où sont répertoriées les actualités de la région académique