En France > Provence Alpes Cote Dazur > Bouches Du Rhone > Les 31es assises de la traduction littéraire à Arles : « traduire la guerre »

Les 31es assises de la traduction littéraire à Arles : « traduire la guerre »

Les 31es assises de la traduction littéraire
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les 31es Assises de la traduction littéraire, organisées par l'Association pour la promotion de la traduction littéraire (ATLAS), se déroulent du 7 au 9 novembre 2014 à Arles.

La littérature abonde en histoires de guerre : l’Iliade, L’Art de la guerre, Guerre et Paix, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, Compagnie K, etc. Ces livres, il a fallu, il faut encore les traduire, et il ne s’agit pas simplement de connaître la différence entre un kriss, un nunchaku et un crapouillot, entre
une détente et une gâchette, il faut aussi savoir pourquoi et comment ces livres sont traduits.

Ces trois jours d’Assises seront l’occasion d’une réflexion sur la guerre et sur les langues. Il y sera question du rôle que les traducteurs y jouent, de l’enjeu qu’ils représentent pour les belligérants, mais aussi pour le camp de la paix. Il y sera question de ce que l’on écrit et de ce que l’on traduit pendant qu’on est en
guerre, de ce que l’on écrit après, pour essayer de dire l’indicible, de comprendre, ou même de continuer à vivre.

En 2014, un habitant lambda d’Europe occidentale, qui n’est ni âgé de plus de 69 ans, ni réfugié, n’a jamais connu la guerre chez lui. Il sait qu’elle n’a jamais cessé ; que le jour où, en aucun point du globe, il n’y aura la guerre est loin d’être venu, et qu’il faut une forte dose d’optimisme pour imaginer qu’un tel jour viendra. Il voit la guerre à travers ce que filment, disent et écrivent les journalistes pris dans l’immédiateté de l’information. Si le sujet ne le rebute pas trop, il peut tenter de la comprendre à travers ce qu’écrivent les témoins, les écrivains, avec plus ou moins de recul. 69 ans de paix sur notre sol est, au regard de
l’histoire, une situation parfaitement exceptionnelle, et l’on sait bien que cela n’a été possible qu’au prix de l’exportation des guerres sur d’autres territoires, loin de chez nous. Tels sont certains des thèmes qui seront abordés à Arles pendant les 31es Assises de la traduction littéraire, organisées par ATLAS du 7 au 9 novembre.

> Les informations pratiques et le programme complet sur le site d'ATLAS