En France > Picardie > Somme > « Le jardin du sixième continent » une approche paysagère et sensible du centenaire de la Grande Guerre

« Le jardin du sixième continent » une approche paysagère et sensible du centenaire de la Grande Guerre

Croquis du projet Le Sixième continent, Péronne.
© DRAC Picardie/Gilles Clément, 2014
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Invité par la DRAC Picardie et le Conseil Général de la Somme à réaliser une oeuvre pour le Centenaire dans le cadre de la Commande Publique, Gilles Clément a choisi de « conjurer la douleur » en présentant Le Sixième continent, une création paysagère qui illustre l'un des aspects majeurs de la Première Guerre mondiale : l'internationalité du conflit.

Chantier. Projet Le Sixième continent, Gilles Clément, Somme

Gilles Clément propose dans ce paysage marqué par la guerre un espace de recueillement pour l'ensemble des pays impliqués dans le conflit. Il a scénographié, en collaboration avec Guillaume Morlans, une île constituée de cinq reliefs et une deuxième plus petite : Le Sixième continent, émergeant des berges auparavant en friche de l’étang du Cam et reflétant l’architecture de l’Historial. Plantée d’espèces venues des cinq continents capables d’évoluer ensemble sur ce biome tempéré, cette première île est accessible par une passerelle depuis les berges. Sur Le Sixième continent, vierge de toute plantation et seulement accessible en barque, les visiteurs seront invités pour un geste mémoriel, à planter un arbuste, un bulbe, une vivace, originaire de leur pays.

Un jardin issu du brassage planétaire sera ainsi créé, symbole de paix et de vie pour les générations actuelles et futures. Il se déploiera sur plusieurs années et arrivera à maturité en 2018. Dans la lignée du Jardin Planétaire, Gilles Clément invite ainsi à une réflexion environnementale et sociale dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre. Il propose avec ce jardin, une approche collaborative des plantes entre elles, et des hommes avec la nature, esquissant ainsi une alternative au risque de guerre.

À l’occasion de son inauguration officielle le 2 juillet, une rencontre réunira les historiens, paysagistes, philosophes, journalistes et artistes autour de la relation « Guerre & paysage » et de la création in situ en lien avec le souvenir.

localisation

Adresse : Berges de l'étang du Cam
Péronne
France
Téléphone : 03 22 83 14 18