En France > Picardie > Aisne > Un concerto-requiem pour le Chemin des Dames

Un concerto-requiem pour le Chemin des Dames

Nécropole française de Cerny-en-Laonnois
© Richard Holding / Mission du Centenaire
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Presque 100 ans après le très élégiaque Concerto pour violoncelle d’Elgar, composé dans le contexte immédiat après-guerre, le Concerto pour violoncelle Chemin des Dames du compositeur néo-zélandais Gareth Farr recevra sa création européenne le jeudi 14 septembre, au festival de Laon.  

Hommage aux trois arrière-grands-oncles du compositeur Gareth Farr venus se battre en France, mais plus largement à toutes les victimes, hommes et femmes de la Première Guerre mondiale, le concerto pour violoncelle baptisé Chemin des Dames est l’un des évènements culturels phares de la saison commémorative de la bataille du Chemin des Dames, dans l’Aisne.

Après avoir assuré sa création mondiale, le 6 mai 2017 à Wellington, c’est à nouveau le violoncelliste français Sébastien Hurtaud qui interprétera le concerto pour sa création européenne, le 14 septembre à Laon, à une poignée de kilomètres seulement du front du Chemin des Dames où tant d’hommes ont sacrifié leur vie, il y a 100 ans. Le soliste sera accompagné par l’Orchestre National de Lorraine – autre région fortement affectée par les combats de la Grande Guerre - sous la direction de Jacques Mercier.

D'une durée de 30 minutes environ, Chemin des Dames laisse pleinement s'exprimer le violoncelle, "tandis que l’orchestre a un rôle qui décrit l’atmosphère générale dans lequel le violoncelle évolue" selon les termes du compositeur". La première partie de l'oeuvre, plutôt plaintive, conduit l'auditeur à une section centrale plus vive et agitée, avant que la tension ne retombe pour laisser revenir le climat élégiaque du début, et finir sur une légère note d'espoir. 

Sébastien Hurtaud et Gareth Farr ont étroitement travaillé ensemble pour donner naissance à ce concerto-requiem en un seul mouvement, dont l’atmosphère tantôt lugubre, tantôt apaisée, tantôt guerrière, n’est pas sans évoquer l’univers de Chostakovitch, l’un des idoles de Gareth Farr dans sa jeunesse. Le concert donné à Laon le 14 septembre comportera d’ailleurs une œuvre du compositeur russe – la 11e symphonie, dédiée à la révolution russe avortée de 1905, conçu en 1957 pour le 40e anniversaire de la révolution d’octobre 1917, dont nous commémorons aussi le Centenaire.

Informations pratiques

Jeudi 14 septembre à 20h
Cathédrale de Laon (02)
.
www.festival-laon.fr