En France > Picardie > Aisne > L'Aisne dans les collections de l'ECPAD

L'Aisne dans les collections de l'ECPAD

Aisne. Cathédrale de Soissons, mai 1917. photographe Fernand Cuville. Référence : AUL 420.
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

L’ECPAD détient au total 6 000 photographies prises dans l’Aisne par des opérateurs militaires de la Section photographique de l’armée (SPA), devenue Section cinématographique et photographique de l’armée (SPCA) en février 1917, ou par des particuliers dont les descendants ont fait don de clichés à l’établissement.

Les photographies

La section photographique de l’armée ayant été créée en avril 1915, il n’existe pas d’image du premier hiver de la guerre dans l’Aisne. Les premiers clichés datent d’août 1915 et montrent Soissons disputée entre Français et Allemands, puis, au cours de l’été, l’état des lieux dans le secteur limitrophe de l’Aisne et de la Marne : Pontavert, Berry-au-Bac, ferme d’Hurtebise. Un reportage comporte notamment des vues d’ensemble du village de Craonne à peu près intact. La situation en première ligne est photographiée à Vic-sur-Aisne, à Vendresse, sur le plateau de Vauclerc, et la Légion étrangère au cantonnement à Montgobert et à Puiseux-en-Retz. Plusieurs reportages portent sur Soissons et ses alentours.

En 1916, les reportages illustrent la vie quotidienne de diverses unités des 3ème, 36ème et 55ème divisions d’infanterie et de la 1ère armée, le camp de prisonniers d’Irval et des visites de personnalités ou de délégations étrangères : une mission américaine parcourt le front, ainsi que l’écrivain Arthur Conan Doyle, qui se rend à Soissons.

En février 1917, les Allemands se replient vers la ligne Hindenburg pour raccourcir leur front. Les reporters photographient les territoires ainsi libérés, notamment à Soissons, où de nombreux bâtiments et monuments sont endommagés et où subsistent des barricades, mais où on organise tout de même des défilés et une tournée du théâtre aux armées. Les secteurs de Flavy-le-Martel, Saint-Simon, Chauny et Tergnier sont également photographiés. Juste avant l’offensive du Chemin des Dames, une mission espagnole et une mission italienne visitent la région. Dans les dépôts de munitions, on prépare les opérations imminentes.

Pendant et après l’offensive Nivelle d’avril 1917, les reporters prennent des vues de l’arrière du front, des destructions liées aux opérations (notamment à Saint-Quentin), de l’activité des postes de secours, des unités redescendant des lignes (notamment le 3e RTM revenant de la ferme du Godat), des prisonniers allemands capturés, du matériel pris à l’ennemi et des anciennes positions allemandes. Les photographes s’intéressent ensuite aux attaques qui ont suivi la bataille du Chemin des Dames, en mai 1917 : prise du plateau de Craonne, du plateau de Californie, combats du moulin de Laffaux. Après ces opérations et pendant l’été, ils fixent la vie quotidienne des soldats au repos en divers lieux - caverne du Dragon, Moulin Rouge, PC souterrain d’Hurtebise, souterrain du Bois des Buttes – ainsi que l’activité du Génie, du ravitaillement et de l’aviation (escadrille des Cigognes à Remigny). Ils visitent aussi diverses carrières, notamment celle de Confrécourt.

Les films

Les films et les rushes tournés par les caméramans de la SPCA dans l’Aisne reflètent en grande partie les événements photographiés et évoqués précédemment car les reporters travaillaient en équipe : l’ECPAD conserve 191 films où des images de l’Aisne ont été repérées (il y en a probablement d’avantage, certains films du fonds 14-18 n’étant pas encore légendés).

Les archives de la SPCA et dons faits à l’ECPAD sur l’Aisne

Nombre de reportages : 279
Nombre de photographies : 5 992
Nombre de films : 191

Si vous souhaitez recourir aux images de l'ECPAD pour mener à bien vos projets culturels, vous pouvez consulter les images en médiathèque, commander les images ou commander une prestation.