En France > Pays de La Loire > Loire Atlantique > La Loire-Atlantique dans les collections de l'ECPAD

La Loire-Atlantique dans les collections de l'ECPAD

A la Roche-Maurice près de Nantes. 27 octobre 1915. Photographe : Schroeder. Référence : SPA 21 Z 883.
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les photographies

L’ECPAD conserve onze reportages photographiques relatifs, totalement ou en partie, à la Loire-Atlantique, réalisés entre 1915 et 1919. Ces reportages comportent entre cinq et trois cent quatre-vingt clichés, dont certains concernent aussi d’autres régions.

Deux reportages sont consacrés à l’effort de guerre en 1916 et 1917. L’un montre la visite des usines, des ateliers de coulage de l'acier et les grands laminoirs des forges de Trignac, près de Saint-Nazaire, l’autre les activités industrielles à Nantes, dans une fabrique de clefs pour boîtes de conserves, au port avec la construction d'un patrouilleur de lutte anti-sous-marine, aux chantiers de Bretagne (déchargement de marchandises par des prisonniers de guerre allemands et autrichiens) et la conserverie Amieux Frères.

Les activités du port de Saint-Nazaire sont illustrées par trois reportages de 1916 relatifs à l’arsenal, à des prisonniers allemands qui travaillent à la construction d'un hangar à grain et de nouvelles voies de dégagement sur le port tandis que d'autres déchargent du charbon en provenance de Grande-Bretagne, à des vapeurs grecs et américains amarrés dans le bassin de Penhoët, aux marchandises en provenance du Canada (wagons) et des États-Unis (locomotives, maïs, camions, fil de fer barbelé, fontes d'acier) déchargées par d’autres prisonniers, notamment autrichiens, certaines marchandises étant directement déchargées sur des péniches par un système de ponton-grue.
Le 25 juin 1917, les premières troupes américaines débarquent dans le port de Saint-Nazaire de plusieurs navires : l’Havana, le Saratoga, le Pastorès, le Ténorès, le Neptune, l’Henderson, le Seattle et le Dekalb. Les hommes de la 1re DIUS (division d'infanterie américaine Big Red One) descendent des navires de transport américains avant de rejoindre les camps installés à la périphérie de la ville. Le général Pershing, commandant de l'AEF (American Expeditionary Forces) assiste au débarquement en compagnie du général Pelletier. Des prisonniers allemands et des soldats noirs américains participent au déchargement des paquebots. Le camp américain de Villès-Martin, à Saint-Nazaire, est l’objet de deux reportages en juillet 1917. Enfin, à Nantes, un bâtiment de guerre américain camouflé et amarré au quai sur la Loire, en face des entrepôts, est photographié en mai 1918.

Les films

La filmographie des opérateurs de prises de vue de la SPCA consacrée à la Loire-Atlantique est calquée sur les événements photographiés et évoqués précédemment : l’ECPAD conserve neuf films réalisés en 1917 et 1918 évoquant, eux aussi totalement ou en partie, les premières forces américaines ayant débarqué en France à Saint-Nazaire, à partir de juin 1917, en présence du général Pershing. Les hommes du général Sibert, commandant la 1re DIUS (division d'infanterie américaine Big Red One), s'installent dans les premiers camps construits à la périphérie de Saint-Nazaire, notamment dans le camp de Villès-Martin, où des soldats participent à la construction d'un château d'eau destiné à alimenter le camp en eau potable. Un film illustre la vie quotidienne des troupes américaines installées depuis un mois dans ce camp.

Il faut noter que certaines séquences se retrouvent de façon récurrente dans plusieurs films, sous des références ou un montage différents.

À Saint-Nazaire, le 25 juin 1917, les autorités américaines et françaises arrivent en voiture pour accueillir les troupes américaines de la 1re DIUS. Le navire de transport Neptune est à quai. Des prisonniers de guerre allemands participent à des opérations de déchargement de matériel sur les quais. En mer, plusieurs navires américains arrivent dans la rade de Saint-Nazaire. Le destroyer Seattle escorte le convoi transportant des soldats américains. Depuis le bastingage d'un navire de transport, des soldats américains se sont rassemblés pour le débarquement. À bord du Seattle, le général Sibert, commandant la 1re DIUS (division d'infanterie américaine Big Red One) est accueilli par les autorités françaises. Les navires accostent sur les quais où la population de Saint-Nazaire s'est rassemblée. Le général Sibert débarque avec son état-major et s'entretient avec des militaires français.

Dans le camp de Villès-Martin, les 5 et 7 juillet 1917, où les troupes américaines sont installées depuis un mois, des soldats américains passent chez le coiffeur (moment d'humour où les jeunes recrues simulent un match de boxe devant la caméra). Des marines du 5e régiment de la 4e brigade prennent leur repas. Les marines passent devant le cuisinier pour recevoir leur soupe. Les soldats effectuent le nettoyage du camp (brossant l'herbe avec des balais). La musique du régiment s'entraîne (gros plan sur la grosse caisse flanquée de l'insigne des marines, US Marines 5th Regiment). Un capitaine donne un cours sur l'utilisation des outils portatifs. Les troupes effectuent des mouvements d'ordre serré et défilent dans le camp de toiles. Des cavaliers passent près d'une route. Panoramique du camp avec ses tentes.

À Saint-Nazaire, les 27 et 28 juin 1917, les troupes américaines arrivent dans le port. Le maire (M. Brichaux) a fait afficher une proclamation exhortant la population civile à montrer sa joie. Le général Pershing arrive avec son état-major en gare ferroviaire. Il est accueilli par les officiers français et salue les drapeaux américains et français à la sortie de la gare. Le paquebot Henderson, qui transporte deux mille soldats, accoste sur les quais du port (belles images). Les troupes attendent au bastingage. L'arrière de l’Henderson porte deux canons anti-sous-marins et le drapeau américain. Au camp de Villès-Martin, des soldats participent à la construction d'un château d'eau destiné à alimenter le camp en eau potable.

Débarquement des premières troupes américaines en France le 26 juin 1917. Un croiseur américain suivi du paquebot Havana entre dans le port de Saint-Nazaire. Sur le pont se pressent soldats et officiers américains de la 1re division d'infanterie américaine (Big Red One). Puis le détachement, placé sous le commandement du général Sibert, débarque, traverse la ville et gagne un camp.

En 1918, dans le port de Saint-Nazaire, les troupes américaines débarquent sur les quais. Les hommes, équipés de leur fusil et d’un chapeau, descendent des navires arrimés aux quais. Les soldats débarquent de péniches et prennent la route de la gare ferroviaire sous le regard de soldats noirs américains employés au déchargement des navires. Dans la gare ferroviaire, un train part, chargé de soldats. Les hommes saluent la caméra par les fenêtres. Des marins américains posent en compagnie d'enfants de la ville. Les hommes tiennent les filles et les garçons sur leurs genoux et leur offrent des cadeaux. Des veuves marchent en colonne dans le port de Saint-Nazaire.

Les archives de la SPCA et dons faits à l’ECPAD sur la Loire-Atlantique
Nombre de reportages de la SPCA : 10
Reportages du fonds privé : 1
Nombre de films : 9

Si vous souhaitez recourir aux images de l'ECPAD pour mener à bien vos projets culturels, vous pouvez consulter les images en médiathèque, commander les images ou commander une prestation.