En France > Lorraine > Meuse > A Verdun, un Chemin de mémoire en hommage aux troupes d'outre-mer

A Verdun, un Chemin de mémoire en hommage aux troupes d'outre-mer

Le monument aux soldats musulmans de Douaumont
© Amat
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

A l'initiaitve de Jeanne-Marie Amat-Roze, présidente honoraire de l’Académie des sciences d’outre-mer, un Chemin de mémoire en hommage aux troupes d'outre-mer engagées sur le champ de bataille de Verdun a été inauguré le 9 septembre 2016.

L’Académie des sciences coloniales – qui devînt Académie des sciences d’outre-mer en 1957 – naquit du rapprochement de personnes qui, ayant mesuré le rôle de l’outre-mer au cours du premier conflit mondial, eurent le souci de le valoriser. Inscrite dans cette dimension, l’Académie d’aujourd’hui entend rappeler la portée de la participation de l’outre-mer au conflit et à la victoire par des initiatives à caractère à la fois scientifique, pédagogique et à destination du grand public. Elle s’est donnée pour mission d’apporter de la lisibilité à des faits et à des connaissances dispersés, et de rendre ainsi hommage aux forces d’outre-mer dans les registres multiples de leurs engagements comme de leurs héritages.

Cette mission se traduit par un programme quinquennal 1914-1918 « Les outre-mer français dans la Grande Guerre ». Labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, celui-ci décline manifestations, conférences, colloques scientifiques, écriture de chemins de mémoire, structurés par un thème chaque année : 2014 « Mobiliser », 2015 « Produire, l’effort de guerre », 2016 « Soigner », 2017 « Résister, se révolter », 2018 « Honorer, commémorer ».

Le programme concerne tous les hommes, combattants et travailleurs, venus d’Afrique, des Antilles, de Guyane, de l’océan Indien, d’Asie et du Pacifique. Quel que fût leur statut, ces hommes eurent en commun d’avoir traversé les mers pour venir défendre la France.

Au cours du conflit et aux lendemains de la victoire, la France a mené, vis-à-vis des combattants et des travailleurs coloniaux, une politique des « égards » : l’édification de monuments commémoratifs, de bâtiments, de stèles, de statues, de plaques commémoratives, de carrés militaires dans certains cimetières, le choix de noms de rues et de places, de collections de musée, de fonds photographiques… rappellent la présence de ces hommes venus de l’outre-mer.

Les objectifs du chemin de mémoire sont de rassembler, fixés sur un itinéraire, les marqueurs matériels de ces égards et de valoriser ce patrimoine mémoriel dans une démarche de transmission des savoirs. Ce chemin s’inscrit dans la dimension plus vaste de la mémoire de la Grande Guerre et de son empreinte.

Les traces dans le paysage actuel (monuments, tombes, stèles, plaques, cérémonies…) sont donc l’accroche sur laquelle se fonde et se développe l’itinéraire. Elles sont associées à des photographies, accompagnées de fiches de soldats « tués à l’ennemi » sur le champ de bataille, ou morts des suites de leur blessures ou de maladies dans les hôpitaux de l’arrière-front meusien, et à des paroles de témoins rassemblées dans des récits qui livrent un vécu inestimable.

Les quatre batailles qui structurent le chemin associent l’engagement des troupes d’outre-mer et des marqueurs matériels de ces engagements : la défense du village de Fleury du 23 juin au 18 août 1916, la reprise du fort de Douaumont le 24 octobre 1916, l’éphémère tentative de reprise du fort de Vaux le 8 juin 1916, la reprise du village d’Haumont du 7 au 11 octobre 1918.

Les sites concernés par le Chemin de mémoire

I - A Verdun 

1 - L’Hôtel de ville et son Musée de Guerre
2 - Le monument A la Victoire et aux soldats de Verdun
3 - Le monument Aux Enfants de Verdun morts pour la France
4 - La plaque au général Charles Mangin
5 - La nécropole nationale du Faubourg Pavé
6 - La montée sur le champ de bataille, paroles de témoins

II - Sur le champ de bataille

7 - Le Mémorial de Verdun
8 - Le village « mort pour la France » de Fleury-devant-Douaumont
9 - La stèle de Thiaumont
10 - L’Ossuaire de Douaumont
11 - La nécropole de Fleury-devant-Douaumont
12 - Le monument aux soldats musulmans de Douaumont
13 - Le fort de Douaumont

III - Autres traces sur le champ de bataille

14 - Secteur de Vaux, batterie du bois de la Laufée
15 - Le village « mort pour la France » de Haumont-près-Samogneux
16 - Petits monuments individuels de deux soldats du 4e régiment de zouaves

IV - L’arrière-front

17 - Les hôpitaux
18 - Les nécropoles
19 - La Voie Sacrée et la mairie de Souilly

V – Troupes d’outre-mer non évoquées au travers des événements sélectionnés

20 - Les Guyanais
21 - Les Malgaches

Le chemin de mémoire, à l’initiative et réalisé par Jeanne-Marie Amat-Roze, présidente honoraire de l’Académie des sciences d’outre-mer, est consultable, ainsi que le programme des colloques et des manifestations, sur le site de l’Académie des sciences d’outre-mer.