En France > Ile de France > Paris > Ciné-concert « J'accuse » d'Abel Gance (1919)

Ciné-concert « J'accuse » d'Abel Gance (1919)

J'accuse, Abel Gance.
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La version restaurée du film J’accuse d’Abel Gance sera présentée en avant-première mondiale samedi 8 novembre 2014 à la Salle Pleyel, lors d’un ciné-concert exceptionnel. Ce chef-d’oeuvre du film muet sera mis en valeur par une création musicale symphonique et électronique inédite commandée par la ZDF/ARTE à Philippe Schoeller et interprétée par l’Orchestre Philharmonique de Radio France, sous la direction de Frank Strobel.

J’accuse, une aventure culturelle partagée

Le film a été restauré par Lobster Films à Paris et le Eye Film Institute d’Amsterdam en 2007. Cette année du centenaire de la Première Guerre mondiale constitue ainsi une belle opportunité pour faire découvrir l’oeuvre d’Abel Gance, sept années après sa restauration et apporte tout son sens à la diffusion de cette nouvelle version. Le projet a été choisi comme événement culturel majeur pour introduire la séquence du 11 novembre, point d’orgue de cette année d’ouverture du cycle commémoratif du Centenaire. Le format « ciné-concert », qui allie création musicale et cinéma muet, a permis d’associer de nombreux acteurs, désireux de contribuer à une belle aventure culturelle, et renforce le caractère exceptionnel de la soirée, qui sera diffusée sur ARTE et sur France Musique.

J’accuse, un appel à la paix

Au lendemain de l’armistice, Abel Gance (1889-1981) signe en 1919 son premier chef-d’oeuvre, révélant la souffrance des hommes face aux horreurs de la guerre. Après avoir brièvement servi au front, il y retourne dès août 1918 pour filmer les scènes de batailles. Le film connaît un succès international grâce à la force avec laquelle il donne à voir la souffrance, certaines scènes ayant été tournées avec de vrais soldats qui avaient combattu à Verdun. Avec J’accuse, Abel Gance a introduit de nouvelles avancées techniques, inventant une nouvelle grammaire pour la caméra et les lumières, qui en firent l’un des pionners visionnaires de cette période.

Informations pratiques

Le 8 novembre à la Salle Pleyel
252 rue du faubourg Saint-Honoré - Paris 8e
métro : Ternes
tarif des places : 35 / 45 €
réservation :  www.sallepleyel.fr
sur ARTE mardi 11 novembre à 23h45
sur France musique dans les lundis de la contemporaine (à une date ultérieure)

localisation

Adresse : 252, rue du faubourg Saint-Honoré
Paris
France