En France > Alsace > Haut Rhin > 1er - 3 août : Mobilisation et entrée en guerre

1er - 3 août : Mobilisation et entrée en guerre

Hartmannswillerkopf
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Du 1er au 3 août 2014, une série de manifestations est venue rappeler le souvenir de l’un des événements les plus marquants de l’histoire de France, encore fermement ancré dans la mémoire collective des Français : l’annonce de la mobilisation et l’entrée en guerre du mois d’août 1914.

3 août : un événement franco-allemand en Alsace

Désireux de commémorer par une rencontre bilatérale la date du 3 août 1914, jour de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France, les chefs d’État français et allemand ont choisi le site du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin) pour rendre hommage à la mémoire des combattants français et allemands de la Première Guerre mondiale et célébrer l’amitié franco-allemande.

Surplombant de ses 956 mètres la plaine d’Alsace, la montagne du Hartmannswillerkopf, baptisée Vieil Armand par les poilus, a été l’un des principaux enjeux des combats de la Première Guerre mondiale dans les Vosges. Français et Allemands se disputèrent âprement cette crête stratégique et les combats furent particulièrement meurtriers en 1915, où le sommet changea huit fois de main.

Ce site est l’un des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre. Il a été inauguré le 9 octobre 1932 par le Président Albert Lebrun. Il est organisé à partir du cimetière national du Silberloch qui rassemble 1 256 tombes et un ossuaire où reposent 364 combattants. Une tranchée de 80 mètres permet d’accéder de plain-pied à la crypte où se trouvent un ossuaire couvert d’un bouclier de bronze renfermant les restes de 12 000 soldats inconnus, ainsi que trois chapelles (catholique, protestante et juive).

Au-dessus de la crypte se trouve un vaste parvis au centre duquel s’élève l’hôtel de la Patrie, symbolisant la levée en masse des volontaires accourus aux frontières pour la défense de la Patrie. Sur ses côtés figurent les noms des grandes villes de France qui ont souscrit pour la construction du monument.

À partir du cimetière, l’on se rend au sommet situé 500 mètres plus haut pour découvrir des tranchées quasiment intactes et une croix sommitale de 22 mètres de haut.

Les deux chefs d’État se sont recueillis seuls dans la crypte avant de prononcer chacun, sur l’esplanade, une allocution retransmise à la télévision.

Ils se sont rendus ensuite au sommet du massif où ils ont rencontré des jeunes Français et Allemands devant les tranchées.

> Voir les discours de François Hollande et de Joachim Gauck

Un rendez-vous des jeunes Français et Allemands

100 ans jour pour jour après la déclaration de guerre de l’Empire allemand à la France, 100 jeunes Français et Allemands se sont retrouvés sur le site du Hartmannswillerkopf pour s’interroger sur les circonstances qui ont pu conduire leur pays dans la Première Guerre mondiale et donner un témoignage fort d’amitié franco-allemande en des lieux où des milliers de jeunes de leur âge se sont livrés à des combats meurtriers.

Cette rencontre, organisée par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) à l’initiative de la Mission du Centenaire, en partenariat avec la Fédération nationale des Francas, le Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes (VdK) et Haute Alsace Tourisme, s’inscrit dans un projet d’éducation à la paix. Il s’agit aussi de soutenir la conscience de la citoyenneté européenne. Du 31 juillet au 4 août, des ateliers interdisciplinaires ont été organisés. Ils ont permis aux participants d’interroger les enjeux de la transmission de la mémoire, à l’échelle individuelle et collective, de les sensibiliser aux différentes approches de l’histoire et de les inviter à prendre en compte le passé pour construire l’Europe de demain.

Les jeunes ont rencontré le Président de la République française et le Président fédéral allemand le 3 août au sommet du Hartmannswillerkopf pour leur remettre un carnet de paix franco-allemand.