Dans Le Mondeeurope > Allemagne > Le regard de l’autre / Mit den Augen des anderen

Le regard de l’autre / Mit den Augen des anderen

Jean Gabriel Domergue, « Le Paon Germanique », 1914 et la Couverture du Kriegs-Struwwelpeter, 1915.
© Musée d’histoire culturelle d’Osnabrück
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

«Ils ont leur Roi Soleil», dit le « Paon Germanique », « moi, je suis comme la lune !!! ». En citant le célèbre portrait de Louis XIV, peint par Hyacinthe Rigaud en 1701-1702, cette caricature française de Jean Gabriel Domergue (Bordeaux 1889 – Paris 1962), dessinée en décembre 1914 nous montre le Kaiser Guillaume II comme un souverain vaniteux et arrogant, incapable d'estimer la puissance réelle de son royaume. Changement de perspective : dans le Kriegs-Struwwelpeter, un livre allemand de Karl Ewald Olszewski destiné à la jeunesse et publié en 1915, le même Guillaume II apparaît comme un empereur tout-puissant qui se débarrasse seul de ses ennemis. Qui a raison?

La comparaison des deux images donne la possibilité d’adopter plusieurs perspectives pour mieux percevoir comment fonctionne la propagande en temps de guerre. Quels moyens sont utilisés ? Quels sont leurs buts ? Où réside la vérité ? Ce changement de perspective permet d’apprendre l’histoire pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui, largement dominé par les images et les manipulations visuelles.

Les documents présentés proviennent d’une collection sur l’histoire de la Première Guerre mondiale du Musée d’histoire culturelle d’Osnabrück en Allemagne (Basse-Saxe). Osnabrück, la ville des traités de paix de Westphalie (1648) qui mirent fin à la guerre de Trente Ans et le lieu de naissance d’Erich Maria Remarque (1898–1970), l’auteur du roman pacifiste À l’Ouest, rien de nouveau en 1928, a pour but d’encourager, jour après jour, un climat social et politique marqué par la paix et la tolérance.

C’est la raison pour laquelle son Musée d’histoire culturelle invite des élèves en France et en Allemagne à s’occuper ensemble de l’histoire de leurs ancêtres et de mesurer ainsi « le regard et la notion de l’autre ». Après cinquante années de rapprochement franco-allemand, il semble pertinent de rappeler aux élèves combien cet état de fait est éloigné des considérations qui prévalaient au XIXe siècle et lors du premier XXe siècle. On peut ainsi plus facilement mesurer le chemin parcouru entre Reims en 1914 (bombardement de la cathédrale) et Reims en 1962 (rencontre Adenauer-de Gaulle dans cette même cathédrale), ou entre Verdun en 1916 et Verdun en 1984 (rencontre Kohl-Mitterrand).

Le point de départ du projet est une collection de caricatures françaises et allemandes réalisées pendant la Première Guerre mondiale. Certaines de ces caricatures sont très connues (on y trouve des dessins de Poulbot), d'autres beaucoup moins. En réalisant une exposition de ces caricatures, l'idée est tout d'abord de permettre à des élèves des deux pays d'avoir un regard croisé sur ces images en réfléchissant au regard de l'autre mais aussi au regard sur l'autre. Ce travail peut être considéré comme un déclencheur facilitant le dialogue et les échanges entre les élèves allemands et français. Il a aussi pour finalité de tirer des leçons de l'histoire. Le « Plus jamais ça ! » des soldats des tranchées était dans la même logique que la construction européenne, dont l'une des finalités affichées est de mettre fin à ce que certains historiens nomment la « guerre civile européenne ».

Les élèves rédigeront donc les commentaires des caricatures. Les images seront mises en ligne, ce qui permettra à toutes les classes qui désirent participer de les télécharger et de choisir la ou les caricatures qu'elles souhaitent commenter. Internet servira également  d'interface pour les échanges entre les élèves. Les commentaires seront déposés sur des sites ou des plates-formes collaboratives.

L’exposition sera ensuite itinérante en Europe pour que les élèves puissent être en face des imprimés originaux.

Enfin, le projet se prolongera par des rencontres entre les élèves des deux pays sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, en Belgique et dans le Nord et l'Est de la France.

 

Informations pratiques

Le calendrier prévisionnel du projet est axé autour de la commémoration du centenaire du déclenchement de la Grande guerre. La fin d'année 2013 (par exemple, autour du 11 novembre) et le début de l’année 2014 pourront être consacrés à la réalisation des commentaires, tandis que les expositions dans les musées et les rencontres sur le champ de bataille seront programmées en 2014 et les années suivantes.

Les établissements scolaires et les musées qui sont intéressés par ce projet sont priés de s’adresser aux adresses suivantes :

Allemagne :
Dr. Thorsten Heese
Kulturgeschichtliches Museum Osnabrück
heese@osnabrueck.de
+49-(0)541/323-4435 (téléphone professionnel du musée)

France/Hautes-Alpes :
Pierre Spitalier
spitalier.pierre@gmail.com