Dans le monde > La Commission des sépultures de guerre du Commonwealth se prépare au Centenaire de la Grande Guerre

La Commission des sépultures de guerre du Commonwealth se prépare au Centenaire de la Grande Guerre

Vue aérienne du Mémorial australien de Villers-Bretonneux.
© CWGC
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le Centenaire de la guerre de 1914-1918 constitue pour la Commonwealth War Graves Commission (CWGC) sans doute le plus grand défi opérationnel depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’est un défi autour duquel s’est rassemblé l’ensemble du personnel pour offrir une réponse à la nécessité à la fois d’honorer les morts et de faire participer les nouvelles générations à un exercice de mémoire.

Les tombes, les cimetières et les mémoriaux entretenus par la Commission sont le seul rappel physique de la Première Guerre mondiale et, plus important encore, de son coût humain. Rien qu’en France, plus de 570 000 morts du Commonwealth sont inhumés dans presque 3000 sites. Il va de soi que ces morts, et la CWGC, seront au centre des événements qui marqueront le centenaire de la Grande Guerre.

S’assurer que nos sites sont prêts pour le Centenaire est sans doute le plus grand défi opérationnel que nous avons à relever depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Nous engageons toutes nos ressources internes pour coordonner un programme qui permettra de faciliter la mise en œuvre des événements commémoratifs dans les cimetières et mémoriaux, d’améliorer la découverte et la compréhension de ces lieux par les visiteurs et de laisser un patrimoine culturel durable.

La CWGC s’est donné pour mission d’honorer ceux qui sont morts, mais aussi de faire participer les nouvelles générations à un exercice de mémoire.

Information

Entre 2014 et 2018, la France et la Belgique accueilleront un nombre considérable de visiteurs dans les cimetières et mémoriaux où se dérouleront de nombreux événements commémoratifs, qu’il s’agisse de cérémonies habituelles, à petite échelle ou de dimension exceptionnelle pour le Centenaire.

La CWGC s’emploie déjà à rassembler le plus d’informations possibles sur ces événements. L’objectif est que, grâce à une bonne communication et une coordination entre les nombreuses parties intéressées, ainsi qu’avec une planification en amont et une bonne visibilité, nous soyons en mesure de gérer efficacement un afflux massif de visiteurs et de leur apporter satisfaction.

Interprétation

Il ne s’agit pas simplement pour la CWGC de se borner à enregistrer et à assurer le suivi d’une augmentation de visiteurs entre 2014 et 2018. Il nous faut aussi comprendre les raisons de ce changement.

Le pèlerinage personnel est toujours important, mais il n’est plus désormais le seul facteur déterminant dans la décision de se rendre sur les champs de bataille. Les études effectuées par la CWGC montrent que l’augmentation du nombre de visiteurs n’est pas liée à la recherche d’un proche en particulier, mais est plutôt liée à la conscience de l’histoire et de l’éducation.

C’est pourquoi nous avons entrepris un important travail sur la mise en place d’un programme interprétatif, avec l’installation de panneaux d’information pour les visiteurs dans 400 cimetières et mémoriaux sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale et 100 sites au Royaume-Uni.

Les panneaux comprennent des informations générales sur la CWGC et le contexte historique du cimetière ou du mémorial. Les panneaux disposent également de codes QR qui permettent aux visiteurs, avec leur téléphone portable, d’accéder aux histoires personnelles de certains combattants inhumés dans nos sites.

Les panneaux ont été testés avec succès sur 10 sites qui constituent le chemin de mémoire du Front oublié dans le Nord de la France. Notre objectif actuel est de produire, d’ici à la fin du mois de mai 2013, des panneaux pour 100 lieux en France, en Belgique, au Royaume-Uni et en Turquie.

Éducation

Au-delà du programme d’information sur panneaux, la CWGC a conçu une nouvelle stratégie éducative. Avant d’élaborer cette stratégie, la Commission a mené une enquête d’opinion à propos du Centenaire.

L’enquête a montré un clivage très net dans la façon dont le public évalue sa connaissance de la Première Guerre mondiale en fonction de l’âge, les jeunes considérant qu’ils ont une moins bonne connaissance que leurs aînés.

Cependant, une moins bonne connaissance ne signifie pas un niveau d’intérêt plus bas. Par exemple, seule une personne sur cinq pense qu’il y a une conscience suffisante de la contribution des autres États du Commonwealth à la Guerre. Toutefois, presque neuf personnes sur dix – et de façon significative quatre sur cinq dans la tranche 18/24 ans - pensent que le Centenaire doit être un événement à marquer.

Nous en avons déduit qu’il n’y a pas de déclin significatif chez les plus jeunes générations dans l’envie de visiter des tombes militaires ; les jeunes ont simplement besoin de recevoir une information qui puisse les aider à le faire.

C’est exactement de cette sorte d’appui dont la CWGC a besoin pour faire participer les jeunes générations au souvenir de 1914-1918 et si ces jeunes générations s’engagent dans le souvenir des sacrifices et des accomplissements de leurs ancêtres, alors nous serons assurés que ces sacrifices ne seront jamais oubliés.