Dans le monde > Europe > Slovaquie > La Slovaquie dans les collections de l'ECPAD

La Slovaquie dans les collections de l'ECPAD

Camp de Darney (Vosges) : remise de drapeau au 21e régiment tchécoslovaque, 30 juin 1918. Photographe : Bressolles.
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Au début de la guerre, de nombreux ressortissants originaires des territoires slovaques et tchèques présents en France décident de rejoindre la Légion étrangère pour combattre aux côtés de l’entente. Quelques trois cents volontaires forment le premier contingent de soldats tchèques engagés au front. Beaucoup sont tués dans les combats après avoir suivi une courte période d’instruction à Bayonne. Peu à peu, les aspirations à l’indépendance de la Tchécoslovaquie s’installent dans les esprits de ces volontaires, bientôt rejoints par plusieurs milliers d’autres venus du monde entier, dont d’anciens prisonniers de guerre austro-hongrois retournés. Le 7 février 1918 voit la naissance de l’armée tchècoslovaque autonome, commandée par le général français Janin et son adjoint slovaque Milan Štefánik. Jusqu’à l’armistice, trois régiments, les 21e, 22e et 23e régiments de chasseurs tchécoslovaques, sont formés en France, à Cognac et à Jarnac, atteignant un effectif total d’environ onze mille hommes.

Avant l’envoi au front du 21e régiment tchécoslovaque à Darney, dans les Vosges, le 30 juin 1918, une importante cérémonie a lieu au cours de laquelle le président Poincaré, en présence d’Edvard Beneš membre actif du Conseil national tchécoslovaque, remet aux volontaires un drapeau offert par la ville de Paris. La France reconnaît le Conseil national comme « la première assise du gouvernement tchécoslovaque », entraînant au cours de l’été une reconnaissance semblable de la part de la Grande-Bretagne, des États-Unis et du Japon.

Sur le front de Russie, une unité tchécoslovaque forte de plus de cent vingt mille combattants s’engage aux côtés des armées du tsar et se distingue notamment le 2 juillet 1917 en remportant sur l’armée autrichienne la bataille de Zborov. Les prisonniers et déserteurs tchèques et slovaques de l’Empire austro-hongrois coincés en Russie intègrent ensuite cette unité. Au déclenchement de la révolution, après le traité de Brest-Litovsk, les hommes désirent rentrer chez eux et le nouveau gouvernement bolchevique, qui entretient avec eux de bonnes relations, prévoit de les y acheminer par l’est, via le Transsibérien et un embarquement à Vladivostok, à condition qu’ils s’engagent à rester neutres. Les Bolcheviks préférant les désarmer pour plus de sûreté, les relations se dégradent et la légion tchécoslovaque, craignant d’être livrée aux Allemands, se révolte, rejoignant les forces contre-révolutionnaires. Les Tchécoslovaques, qui contrôlent désormais la voie ferrée, deviennent une force militaire indispensable aux armées blanches et aux unités alliées stationnées en Russie. Après la défaite des unités restées fidèles à l’ancien régime tsariste, les derniers légionnaires embarquent à Vladivostok en septembre 1920.

Les fonds audiovisuels de l’ECPAD renferment peu d’images fixes et animées des contingents tchèques et slovaques qui ont combattu aux côtés des alliés. Sept reportages montrent des soldats tchèques, notamment lors d’une importante cérémonie de remise de drapeaux présidée par le président Poincaré et M. Beneš. Il existe par contre des photographies et des films réalisés par les reporters de la SPCA en 1919 le long du Transsibérien, sur lesquels on peut voir des soldats de la légion tchécoslovaque.

Les archives de la SPCA sur la Tchécoslovaquie
Nombre de photographies : 42
Nombre de films comportant des séquences montrant des Tchécoslovaques : 14

Si vous souhaitez recourir aux images de l'ECPAD pour mener à bien vos projets culturels, vous pouvez consulter les images en médiathèque, commander les images ou commander une prestation.