Dans le monde > Europe > Roumanie > La Roumanie dans les collections de l’ECPAD

La Roumanie dans les collections de l’ECPAD

Voyage de M. Albert Thomas et du général Berthelot sur le front roumain, mai 1917. Photographe : inconnu.
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Au début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement roumain, qui s’oppose à Charles Ier, refuse de rallier le camp de l’Autriche-Hongrie et prononce sa neutralité. C’est seulement le 27 août 1916 qu’il déclare la guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie. En effet, les alliés ayant promis au gouvernement roumain le rattachement de la Transylvanie et de la Bucovine (régions de l’Autriche-Hongrie à majorité roumanophone), l’armée roumaine est mobilisée contre les forces austro-hongroises. En quelques mois, elle est défaite et Bucarest est occupée le 6 décembre. Un armistice est signé le 9 décembre 1917 avec les Empires centraux, amputant une grande partie de son territoire. Le pays affaibli connaît également une grande épidémie de typhus.
 

Le royaume de Roumanie reçoit à partir de l’année 1918 l’aide militaire des alliés, et notamment de la France via une mission spéciale organisée par le général Berthelot. Cette délégation militaire française, porteuse d’armes et de cadres pour reconstruire l’armée roumaine, permet au pays de rependre la lutte et de reconquérir son territoire.

L’armée roumaine est peu représentée dans les fonds de l’ECPAD. Il existe cependant une dizaine de clichés contretypés montrant les soldats roumains au combat (SPA 74 CT). D’autres documents témoignent de l’aide militaire apportée par la France à la Roumanie : plusieurs sujets des journaux d’actualités des Annales de la guerre traitent de ce sujet (14.18 B 27 et 14.18 A 20), ainsi qu’une série de photographies montrant le départ de la mission Berthelot chargée d’aider au redressement de l’armée roumaine. Quelques reportages photographiques montrent enfin le rôle joué par les associations de soutien à la Roumanie présentes à Paris et très actives sur le plan patriotique : on peut ainsi signaler la présence de reportages sur les étudiants roumains volontaires pour combattre pour leur pays (SPA 115 M).

Les archives de la SPCA sur la Roumanie
Nombre de photographies : 200
Nombre de films comportant des séquences montrant des Roumains : 8