Dans le monde > Europe > Grece > Recensement des vestiges de l'Armée d'Orient en Grèce du nord

Recensement des vestiges de l'Armée d'Orient en Grèce du nord

Ancien cimetière militaire à Fanos
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

À l'occasion du centenaire de l'ouverture du Front d'Orient, le Consulat général de France à Thessalonique, avec l'aide d'un historien local, a répertorié les vestiges rappelant le passage en Grèce du nord et, principalement, en Macédoine des soldats de l'Armée d'Orient.

Labellisé par la Mission du Centenaire, le musée de la nécropole militaire française de Zeïtenlick (Thessalonique) accueille, dans sa nouvelle salle, l'ensemble des informations recueillies (photographies, descriptif, localisation exacte) en collaboration avec M. Vlassis Vlassidis, maître de conférences au département d'études balkaniques et orientales de l'université de Macédoine. Figurent notamment parmi ces informations, en versions française et grecque, les gares du réseau de trains de type Decauville, créé en complément du réseau ferroviaire déjà existant, destiné à relier le port de Thessalonique au front.

Des monuments, disséminés dans la région, parfois accolés à d'anciens cimetières, rendent hommage aux soldats qui ont combattu dans des conditions difficiles sur ce front méconnu. Ont également été recensés des écoles, une église et un monastère qui, à l'époque, furent réquisitionnés par les forces de l'Entente pour être transformés en hôpitaux. Enfin, des demeures situées à Thessalonique et Edessa, anciens QG de cette armée interalliée, témoignent de la collaboration, pour une même cause, entre Français, Serbes, Grecs, Britanniques, Italiens et Russes.

Toutes ces informations, comme la localisation des lieux, sont déjà disponibles sur le site internet du consulat général.

La nouvelle salle du musée de section française de la nécropole de Zeïtenlick accueille également un panneau d'information retraçant chronologiquement les moments importants (opérations militaires et batailles) du Front d'Orient. Enfin, y sont exposés de manière permanente plusieurs objets de soldats français (casque, épée, képi, jumelles, etc.) appartenant à M. Vassilis Nikoltsios, collectionneur et directeur du musée de la Lutte macédonienne à Thessalonique.