Dans le monde > Europe > Allemagne > « Menschen im Krieg – Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin

« Menschen im Krieg – Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin

Marqués par les combats : 37 prisonniers français et leurs gardiens allemands du 16e bataillon d’assaut au Hartmannswillerkopf le 10 novembre 1917.
© Archives départementales du Haut-Rhin
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Ce projet d’exposition se démarque par son approche transfrontalière. Comparer les différentes mémoires, perceptions et vécus dans une approche historique constitue ici un apport interculturel indéniable. L’exposition « Menschen in Krieg – Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin. 1914-1918 » se veut l’occasion d’une réflexion sur la prise en compte de ce conflit de part et d’autre de la frontière.

Au moment de la déclaration de la guerre, l’Alsace et le Pays de Bade – parties intégrantes du Rhin supérieur - sont sous souveraineté allemande. En effet, après la guerre de 1870 et la défaite française, les deux départements alsaciens, et le territoire correspondant au département nouvellement créé de la Moselle, sont annexés au Reich et constituent le Reichsland Elsass-Lothringen (Terre d’empire Alsace-Lorraine). En tant que territoire français puis allemand pendant plus de quarante ans, et en tant qu’espace traversé par la ligne de front dès l’été 1914, la Haute-Alsace (aujourd’hui le Haut-Rhin) occupe une position singulière durant la guerre. Cette particularité s’exprime encore aujourd’hui. En effet, on peut souligner qu’un des quatre mémoriaux nationaux de la Grande Guerre, le Hartmannswillerkopf, ou Vieil Armand, y a été construit. Ce territoire est aussi un espace de recherches archéologiques actives apportant encore récemment des éléments nouveaux sur la vie des soldats pendant le conflit. Cet espace présente donc nombre d’éléments permettant de construire une histoire comparée de la vie quotidienne des populations, rythmée par les échos immédiats ou lointains du conflit ; une histoire franco-allemande, en français et en allemand.

L’exposition bilingue itinérante « Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin. 1914-1918 », conçue à partir de fonds d’archives et de sources écrites, réunit en huit chapitres thématiques 32 biographies de personnages ayant vécu la guerre en Alsace et dans le Bade-Wurtemberg. Son but est d’illustrer la Première Guerre mondiale à travers des histoires individuelles, personnelles et transfrontalières. Au-delà des faits militaires, c’est la vie des populations locales des deux côtés du Rhin qui est mise en valeur, grâce en particulier à une exploitation approfondie des archives du XIVème corps de l’armée allemande conservées à Karlsruhe.

Initié par le Generallandesarchiv  Karlsruhe (Archives générales du Land à Karlsruhe), le projet associe à parts égales des partenaires français et allemands, en l’occurrence le Staatsarchiv Freiburg im Breisgau (Archives d’Etat de Fribourg) et les Archives départementales du Haut-Rhin. D’autre part, il bénéficie de l’appui du Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf, qui, de par ses missions et son essence même, favorise le dialogue culturel entre la France et l’Allemagne.

Chaque panneau relate donc une expérience de guerre. Il comporte le portrait du personnage, constamment accompagné de documents iconographiques et/ou de documents d’archives. Une citation du personnage ou le concernant permet de rehausser son expérience individuelle. Un panneau spécifique  a été conçu pour le Hartmannswillerkopf comme champ de bataille et lieu du souvenir, il est le seul panneau non biographique. L’exposition est conçue dans le but de s’adresser à un large public. Les biographies, courtes et synthétiques, sont replacées dans le contexte historique grâce à huit panneaux introductifs.

Un catalogue d’exposition sera édité et suivra le plan de l’exposition. Chaque chapitre  thématique est introduit par deux éléments de contextualisation historique : un texte du point de vue « badois » et un texte du point de vue « alsacien ». Ces deux textes servent par ailleurs de base aux  huit panneaux d’introduction de l’exposition.

La rédaction des panneaux et des textes du catalogue a été partagée entre tous les partenaires en fonction de l’origine des personnages, des fonds et des supports disponibles dans chaque institution. Pour la partie française, les textes introductifs ont été rédigés par Claude Muller, directeur de l’Institut d’Histoire d’Alsace à l’université de Strasbourg, François Igersheim, professeur émérite de l’université de Strasbourg, Jean-Claude Fombaron, président de la Société Philomatique Vosgienne, Thierry Ehret, Philippe Tomasetti, historiens et Laëtitia Brasseur-Wild, archiviste.

De son côté, le Staatsarchiv Freiburg im Breisgau a organisé, les 23 et 24 octobre 2013, un colloque sur le thème de l’exposition. Ouvert par Kurt Hochstuhl du Staatsarchiv Freiburg, il a été précédé par une conférence inaugurale du professeur Leonhardt de l’Université de Freiburg, et suivi d'interventions des archivistes Rainer Brüning du Generallandesarchiv Karlsruhe et Christof Strauss du Staatsarchiv Freiburg, et de celles des historiens Jean-Noël Grandhomme et Raphaël Georges de l’Université de Strasbourg, Susanne Brandt de l’Université de Düsseldorf, et enfin de Chantal Metzger de l’Université de Nancy. Les conclusions ont été tirées par Gerd Krumeich, professeur émérite de l’Université de Düsseldorf. Les actes, bilingues, seront publiés courant 2014.

L’exposition, produite en deux exemplaires, sera d’abord présentée simultanément à Colmar et à Karlsruhe au cours du printemps 2014. Après cela, l’exposition circulera en France et Allemagne. Elle sera complétée dans chaque site de présentation par des éléments issus des archives, des bibliothèques ou des musées locaux.