Dans le monde > Asie > Japon > Le centenaire de la Première Guerre mondiale au Japon

Le centenaire de la Première Guerre mondiale au Japon

Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais), vue de l’Éperon de Lorette : la mission japonaise en Artois, novembre 1915. Photographe : Édouard Brissy
© ECPAD
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La Première Guerre mondiale n’occupe au Japon qu’une place relativement marginale, dans les recherches historiques et dans la mémoire collective fortement marquée par la Seconde. Cependant, son centenaire suscite un intérêt, non seulement chez des historiens mais aussi chez un public plus large, bien qu’il n’y ait pas de commémoration officielle organisée par le gouvernement, sans doute parce que ce dernier n’y trouve pas d’intérêt politique : soulignons tout de même que l’importance de l’histoire et de la mémoire pour la politique japonaise n’a rien de comparable avec le cas de la France.

En ce qui concerne la recherche universitaire, l’intérêt des historiens japonais pour la Grande Guerre n’a jamais été entièrement absent, et un renouveau s’observe même depuis quelques années, conformément du reste à la dynamique internationale. En 2007, au sein de l’Institut des sciences humaines de l’Université de Kyoto, un groupe de recherche sur la Première Guerre mondiale a été créé1. Son objectif affiché est d’étudier la guerre avec une vision vraiment mondiale, en intégrant les recherches sur les sphères occidentale et non-occidentale. L’équipe est inter-disciplinaire, bien que la majorité des membres soient historiens, dont plus que la moitié ne sont pas spécialistes de l’histoire japonaise2. Elle porte essentiellement ses recherches sur les phénomènes culturels. Cette ligne directive accompagne bien naturellement la tendance internationale de la recherche sur la guerre.   

Ce groupe de recherche a pour activité principale d’organiser chaque mois des journées d’études. Il organise aussi des conférences et expositions destinées à un public non-universitaire. Ses activités éditoriales contribuent à l’augmentation et à la diffusion des nouvelles connaissances sur la guerre : une collection de monographies destinée à un public éclairé et des étudiants a commencé à paraître en 2010, tandis qu’en 2014 une autre collection, plus scientifique, vient d’être lancée3.

Des historiens sont également actifs en dehors de ce cercle, bien évidemment, dans des publications et des colloques. En janvier 2014, deux colloques internationaux ont marqué le début de la première année du centenaire4, suivis par des congrès annuels de différentes sociétés de recherche en histoire et la publication des dossiers de leurs revues consacrés à la guerre. L’Institut nationale des études de défense intitule son Forum annuel « Opérations jointes et combinées depuis la Grande Guerre»5, alors que le comité japonais du Congrès international des sciences historiques organise un colloque international sous la thématique « Émergence de l’ « Asie-Pacifique » dans des relations internationales : la Première Guerre mondiale et le Japon ». La revue de la Société japonaise de l’histoire militaire, principal groupement des chercheurs dans le domaine, coordonne un dossier sur le centenaire de la Première Guerre mondiale pour le publier en mars 20156. Des historiens animent également des cycles de conférences destinées au public curieux7.

La Maison de la culture du Japon à Paris, vitrine officielle dans la ville lumière, a organisé un colloque à l’occasion du Centenaire, regroupant des chercheurs de divers pays étrangers8. Enfin, Ambassade de France et l’Institut français du Japon ont décidé de proposer une programmation culturelle associant débats d’idées, tournée de l’écrivain français Jean Rouaud, et projections de films français sur la Grande Guerre9.  

Dans les médias, nous avons repéré des émissions de télévision sur le sujet comme par exemple : les infirmières et les médecins japonais envoyés en Europe pendant la guerre10 ; l’histoire et l’actualité des problèmes ethniques dans les Balkans11 ; la réconciliation franco-allemande12. Quant à la presse écrite, Mainichi shinbun, un des principaux quotidiens nationaux japonais, s’y intéresse particulièrement, en raison de l’intérêt de ses correspondants à Paris et à Berlin pour l’histoire de la réconciliation entre les deux pays13.  

En résumé, au moment du centenaire de la Première Guerre mondiale, c’est surtout les historiens qui se mobilisent au Japon pour réfléchir à la modernité et au caractère mondial de l’événement, ainsi qu’à sa portée mémorielle. Cependant, leurs travaux contribuent à susciter l’intérêt croissant du public.

Proposition de lectures

Une réflexion récente et synthétique sur la signification de la Première Guerre mondiale pour le Japon a été traduite en français : Yamamuro Shin-Ichi, « L’empire du Japon et le choc de la Première Guerre mondiale » (traduit par Frédéric Danesin), Guerres mondiales et conflits contemporains, no. 249, 2013, p. 5-32.

Pour l’historiographie japonaise sur la Première Guerre mondiale, voir l’article suivant : Miho Matsunuma, « Historiographie japonaise de la Première Guerre mondiale », Cahiers de Framespa, no. 8, 2011, http://framespa.revues.org/808

Quant aux travaux récents sur la guerre, mentionnons quelques exemples qui témoignent de l’intérêt des historiens japonais non seulement pour leur histoire nationale, mais aussi pour l’histoire des pays étrangers :

  • Tsuda Hiroshi, Sensō no kioku to igirisu teikoku : ōsutoraria, kanada ni okeru shokuminchi nashonarizumu (Mémoire de la guerre et l’Empire britannique : nationalisme colonial en Australie et au Canada), Tosui shobo, 2013 http://www.tousuishobou.com/kenkyusyo/4-88708-404-9.htm ;
  • Kurosawa Fumitaka, Futatsuno « kaikoku » to Nihon (Deux « ouvertures » et le Japon), Tokyo daigaku shuppankai, 2013 http://www.utp.or.jp/bd/978-4-13-026607-9.html ;
  • Ikeda Yoshiro (dir), Daiichiji sekai taisen to teikoku no isan (Première Guerre mondiale et héritage des empires), Yamakawa shuppansha, 2014 http://www.yamakawa.co.jp/product/detail/2277/ ;
  • Naraoka Sōchi, Hachigatsu no hōsei wo kiita nihonjin : daiichiji sekai taisen to Uemura Hisakiyo “Doitsu yūheiki” (Les Japonais qui entendirent tonner « les canons d’août » : la Première Guerre mondiale et le journal de captivité d’Uemura Hisakiyo), Tokyo, Chikura Shobō, 2013 http://www.chikura.co.jp/ISBN978-4-8051-1012-6.html. Ce dernier a été recensé dans deux revues suivantes : Politiques étrangère, 1-2014 ; Ebisu-Études japonaises, no. 51, 2014.

 

Notes

1 Le site internet de ce groupe est le suivant : http://kyodo2.zinbun.kyoto-u.ac.jp/~ww1/ ; Voir aussi Matsunuma, op. cit.

2 Notons que sur la scène académique japonaise en histoire, les recherches sur des pays et des régions étrangers occupent une place importante, beaucoup plus qu’en France.

3 Respectivement éditée par Jinbun shoin (http://www.jimbunshoin.co.jp/search/s2981.html) et par Iwanami shoten (http://www.iwanami.co.jp/moreinfo/donna14/top6.html). Quelques-uns de ses membres participent au grand projet d’encyclopédie internationale sur le web (http://www.1914-1918-online.net/)

4 Un à l’Université de Tokyo et un autre à Kyoto par le groupe de recherche évoqué ci-dessus. Nihon Keizai Shinbun, quotidien destiné au lecteur diplômé a rapporté ces événements intellectuels avec un entretien de l’historien Yamamuro Shin-ichi, directeur du groupe de Kyoto (le 18 janvier 2014).

5 http://www.nids.go.jp/english/event/forum/pdf/2014_guidance.pdf

Malgré son statut attaché au ministère de la Défense, cet Institut peut être considéré comme une institution scientifique : voir Miho Matsunuma, « Historiographie japonaise de la guerre de 1931 à 1945; état des recherches jusqu’à nos jours », Guerres mondiales et conflits contemporains, no. 249, 2013, p. 42-43.

6 http://www.mhsj.org/index.html 

7 Un des exemples est le cycle de dix conférences (payant) intitulé « La Première Guerre mondiale et le XXe siècle » et lancé par le groupe de média Asahi. http://www.asahiculture.com/LES/detail.asp?CNO=250502&userflg=0

8 http://www.mcjp.fr/francais/conferences/centenaire-comment-la-grande/centenaire-comment-la-grande

9 http://www.institutfrancais.jp/fr/

10 http://www.nhk.or.jp/historia/backnumber/200.html

11 http://www.nhk.or.jp/kokusaihoudou/archive/2014/07/0714.html

12 http://www.tv-asahi.co.jp/dap/bangumi/hst/feature/detail.php?news_id=38500&y_m=14-05&str_num=0

13 http://mainichi.jp/