Dans le monde > Afrique > Senegal > Le Centenaire à Dakar

Le Centenaire à Dakar

Camp militaire de Courneau, recto de la carte postale représentant les troupes noires devant les baraques Adrian.
© Collection privée
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Parallèlement aux manifestations officielles organisées au Sénégal par les autorités sénégalaises (Journée du Tirailleur le 23 août, cérémonie du 11 novembre) dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Service de Coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France à Dakar, en liaison avec l'Institut Français du Sénégal, organisent plusieurs événements commémoratifs à l’automne 2014 à Dakar.

L’ensemble de ces manifestations se déroulera entre fin octobre et début décembre 2014, dans le cadre des activités culturelles d’accompagnement du XVème sommet de la francophonie, qui se tiendra à Dakar du 25 au 30 novembre 2014.

Ainsi, un  cycle de films et documentaires sur la Grande Guerre se tiendra dans les Instituts et les Alliances Françaises (Dakar, Saint Louis, Ziguinchor et Kaolack) et plusieurs expositions se tiendront sur le rôle des tirailleurs sénégalais dans la Première Guerre mondiale. Elles illustreront directement les thèmes abordés par les universitaires dans leurs communications.

L’ensemble de ces manifestations se déroulera entre septembre et décembre 2014, dans le cadre des activités culturelles d’accompagnement du XVe sommet de la francophonie, qui se tiendra à Dakar du 25 au 30 novembre 2014 (25/11 : Conseil permanent ; 26 et 27/11 : Conférence ministérielle de la francophonie ; 29 et 30/11 : Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement).

Les expositions

« la Force Noire : de 1857 aux indépendances »

Cette exposition est une reprise de celle en 20 tableaux réalisée en 2007 par Eric Deroo (cinéaste, auteur et chercheur associé au CNRS) et le lieutenant-colonel Antoine Champeaux (conservateur du musée des Troupes de Marine de Fréjus) ;

Les expositions du groupe de recherche ACHAC

Le groupe ACHAC (Association pour la Connaissance  de l'Histoire de l'Afrique Contemporaine) organise deux espositions en partenariat avec le Secrétariat d'État chargé du Développement et de la Francophonie et le Secrétariat d’Etat auprès du Ministère de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire. Elles sont coordonnées par Pascal Blanchard et Eric Deroo, conseils et expertise d’Antoine Champeaux :

  • « Combattants et citoyens : présences des Afriques, des Caraïbes et de l’Océan indien dans l’armée française » ;
  • « Combattants et citoyens : présences maghrébines et orientales dans l’armée française ».

Ces deux expositions seront complétées par la diffusion des 25 premiers films de Rachid Bouchareb et Pascal Blanchard de la série Frères d’armes – ils se sont battus pour la France depuis plus d’un siècle, projet qui s’attache à faire connaître le parcours de 50 grandes figures représentatives de nos diversités venues d’anciennes colonies, de protectorats et de territoires alliés, mais aussi de régions françaises.

« Tire Ailleurs »

Cette exposition porte sur la Première Guerre mondiale vue à travers la bande dessinée. Elle sera présentée à la Galerie Le Manège. Un concert Mazalda aura lieu lors du vernissage le mardi 11 novembre.

Autres thèmes

Une exposition du Ministère de la Défense organisée par le Service Historique de la Défense (SHD) dans le cadre du 70e anniversaire de la Seconde Guerre mondiale sera aussi proposée.

Publication

Le programme commémoratif du Centenaire sera marqué par l'édition d’un ouvrage de témoignages sur le rôle des tirailleurs sénégalais durant la Première Guerre mondiale Tirailleurs Sénégalais : témoignages épistolaires 1914-1919.

Colloque

Un colloque intitulé « Les tirailleurs sénégalais dans la Grande Guerre (Europe, Afrique) : mise en perspective de la Grande Guerre et des enjeux géopolitiques en Afrique » se tiendra les 19 et 20 novembre 2014 à l’Hotel Ngor Diarama, salle Karabane, DAKAR.

Spectacles

Théâtre de rue par la compagnie « Royal de Luxe »

Aux côtés des autorités sénégalaises, l’Institut français du Sénégal a souhaité réfléchir à une proposition à forte visibilité, qui illustre l’attachement de la France aux valeurs de la francophonie et le lien d’amitié étroit qui unit les peuples français et sénégalais.

L’ensemble de manifestations prévu par la troupe « Royal de Luxe » se veut festif, populaire et vise à rassembler largement les jeunes générations. Il faut en effet montrer que la  francophonie s’adresse directement à la jeunesse africaine d’aujourd’hui. Le projet rend hommage aux torialleurs sénégalais à l'occasion de la commémoration de la Première Guerre mondiale.

Spectacle théâtral, récit et musique, « La randonnée de Samba Diouf, histoire d’un tirailleur sénégalais dans la Grande Guerre », de Lisa Raphaël et Thierno Diallo

Récit en musique adapté du roman de Jean et Jérôme Tharaud, « La randonnée de Samba Diouf » est réalisé par de Lisa Raphaël et Thierno Diallo, organisé par l’Institut Français. Ce spectacle sera présenté dans plusieurs quartiers dakarois, Galerie Le Manège.

Spectacle théâtral au lycée Français Jean Mermoz par la compagnie théâtrale « La Poursuite »

Il s'agit de l'adaptation théâtrale du récit de Lucie Cousturier Des inconnus chez moi - Des tirailleurs sénégalais chez Lucie Cousturier.

Synospis

1916. Lucie Cousturier, peintre néo-impressionniste, possède à Fréjus une maison qu’elle habite une partie de l’année, à quelques encablures du camp d’ « hivernage » des tirailleurs sénégalais. Elle se met à recevoir ces Africains chez elle. Son livre « Des Inconnus chez moi », publié en 1920, est le récit de cette rencontre. Bien vite elle mesure à quel point ils ne correspondent à aucune des idées reçues. Et à quel point la langue constitue pour eux un obstacle absolu à toute communication avec le pays qu’ils servent. Lucie Cousturier se met à leur apprendre le français. Graduellement elle lie des relations d’amitié avec plusieurs de ses « élèves », et elle continue à correspondre avec eux lorsqu’ils repartent au Front. Elle découvre ainsi leur quotidien, les conditions de leur recrutement, leur vision du monde, de la France, et de la guerre. Étrangement dénuée des préjugés sociaux et raciaux de son temps, Lucie Cousturier nous livre un témoignage unique, direct et insolent sur la Grande Guerre et sur les troupes coloniales.