Comprendre le Centenaire > Les chars d'assaut dans la Grande Guerre

Les chars d'assaut dans la Grande Guerre

Louis Renault aux manettes du char
© Renault - Communication / Droits réservés
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Le char d'assaut a-t-il provoqué l'effondrement allemand de 1918 ? 

Si les exhalaisons de crottin s'accrochent aux basques des soldats qui partent en 1914, ce sont bien des effluves de pétrole qui accompagnent en 1918 les troupes qui remontent vers le Rhin. Entre-temps, la guerre industrielle s'est installée. C'est la Grande-Bretagne qui, la première, utilise en 1916 l'arme blindée. Pourtant, en 1914, un entrepreneur de travaux publics habitant Meaux, Paul Frot, avait proposé au général Joffre un rouleau cuirassé chenille pour écraser les barbelés. Malgré des essais satisfaisants, son invention qui ressemblait étrangement aux modèles britanniques à venir n'avait pas retenu l'attention.

L'apparition des tanks et leurs premières utilisations en 1916 et 1917 furent peu concluantes. Ce sont de gros insectes lourdes, lents, maladroits, vulnérables, peu maniables et fragiles. Les spécialistes reconnaissent qu'ils ont été utilisés trop tôt et qu'ils n'étaient pas assez nombreux. En 1917, que ce soit sur le Chemin des Dames en mai ou à Cambrai en novembre, lors de l'offensive anglaise, les Alliés espéraient beaucoup des tanks. Dans le second cas, les Britanniques enfoncent les lignes allemandes, mais aucun tank de réserve n'a été prévu et le succès ne peut être exploité. Les Allemands en déduisent que le tank n'est pas à considérer comme une grave menace. Mais du côté français, en août 1917, le général Estienne, un farouche défenseur de l'artillerie spéciale, a réussi, contre vents et marées, à faire commander 1000 exemplaires d'un petit char léger et maniable étudié et proposé par Louis Renault.

En mai 1918, ils arrivent en nombre pour s'opposer aux offensives de printemps lancées par Hindenburg. C'est près de Villers-Cotterêts qu'ils connaissent le baptême du feu. Le 18 juillet, Foch dispose de 730 chars de trois types (Schneider, Saint-Chamond et Renault) pour repousser les Allemands au-delà de la Marne entre Château-Thierry et Dormans. L'armée allemande utilise bien quelques exemplaires (15 en tout) d'un énorme char A7V qui vient de lui être livré et d'une centaine de chars britanniques Mark récupérés pendant les combats. Mais il est trop tard pour qu'elle puisse s'adapter. Le 26 septembre, l'armée américaine engage à son tour son Tank Corps dans l'offensive Meuse-Argonne.

Le char de 1918 a t-il provoqué l'effondrement allemand ? La réponse est "non". Il était conçu pour appuyer et accompagner les troupes. Trop lent, il ne pouvait partir dans un raid aventureux. Il faudra attendre 1940 pour qu'en duo avec l'avion, il devienne l'artisan de la guerre "éclair".