Bibliothèques > Archives > La représentation de l'arrière dans les cartes postales

La représentation de l'arrière dans les cartes postales

Cette sélection de cartes postales provient du fonds de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Elle porte sur la représentation de l’arrière dans la carte postale 1914-1918.

La première partie est consacrée au départ pour la guerre des conscrits ou des engagés volontaires. Pour ce passage de l’état de civil à celui de militaire mobilisé, l’iconographie montre abondamment un départ « la fleur au fusil » : pouvait-il en être autrement en août 1914 ? Les cartes sélectionnées montrent ensuite les attitudes des civils face à la guerre : l’image donnée est contrastée, on y montre à la fois des citadins nonchalants face aux raids aériens, d’autres qui fuient à l’approche de l’ennemi ou angoissés par des bombardements. Une dernière partie de la sélection est dédiée au travail des civils. Le premier effet de la guerre sur la vie économique fut le manque de main d’œuvre qui se fit sentir dans tous les secteurs : agriculture, industrie, transports et commerce, où les femmes furent largement appelées à remplacer les hommes envoyés au front. Vinrent ensuite les restrictions du fait de l’occupation d’une partie significative du territoire national au Nord et à l’Est de la France, pesant notamment sur l’agriculture et sur l’approvisionnement en charbon, aggravés par les effets de la guerre sous-marine livrée par l’Allemagne en vue d’empêcher les approvisionnements en matières premières.

Le conscrit. Carte photographique.

Le conscrit. Carte photographique. Editeur DIX 1330/4. La France était depuis 1905 sous le régime de la conscription généralisée pour un service militaire de deux, puis trois ans (à partir de 1913). Le recrutement se faisait par classes d'âge ; ainsi la classe 1913 était composée des jeunes hommes ayant 20 ans en décembre 1913, et allait entamer son service à l'automne 1914. Normalement, tout jeune français devait prêter son service militaire entre 21 et 23 ans avant d'être rendu à la vie civile.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Le départ pour la guerre. Carte illustrée. E.M.Samson (18..-19..), Editeur A.Noyer, Paris. Année 1915. Carte faisant appel à une iconographie traditionnelle, par un auteur davantage connu comme peintre animalier (la poule au second plan a, contrairement aux personnages centraux, une attitude tout-à-fait naturelle). Près de 4 millions d'hommes nés entre 1866 et 1893 (entre 21 et 48 ans) sont incorporés entre le 1er aout et le 30 septembre 1914. La population masculine en France était, au recensement de 1911, de 19,5 millions, dont 12,6 millions d'hommes valides.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Croquis de guerre 1914 : les étrangers de toutes nationalités s'enrôlent à Paris avec enthousiasme pour la durée de la guerre. Carte photographique. Editeur, Charles Collas et Cie Cognac. 1914. Les scènes d'engagement de volontaires étrangers furent montrées couramment par la propagande. Des Alsaciens-Lorrains, des Polonais ou des Italiens constituent une part importante de ces volontaires étrangers. Guillaume Apollinaire (polonais), Blaise Cendrars (suisse), les frères italiens Bruno et Costante Garibaldi furent parmi eux.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Pour ceux qui vont au front. Carte illustrée et texte. Editeur, Croissant - Ch.Fontane, Paris. 1914. "En route pour le front ! Haut les cœurs !". Cette scène, située quai des Tuileries à la fin de 1914 montre des midinettes (ouvrières travaillant dans une maison de couture ou de mode à Paris) offrant du gui porte bonheur aux soldats.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Vive la classe 18 : nous les aurons. Carte en tissu monté sur carton. D'après le "Bleuet de 1916" de Jules Monge (1855-1934). 1918. La carte montre un jeune soldat, un bleuet, de la classe 1918. Elle se distingue surtout pour le matériel utilisé : du tissu de soie collé sur un papier bristol épais au contour gaufré.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

La mobilisation civile. Carte illustrée. Editeur JK, A.H.Katz, Rueil. 1914-1915. Cette carte évoque sur un mode comique la conversion dans l'économie de guerre de personnages civils peu recommandables : le vieillard lubrique, l’alcoolique, le journaliste, les prostituées de haut vol ou de bas étage et la bonne ambiguë.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les modes de la guerre. Carte illustrée. Editeur JK, A.H.Katz, Rueil. 1916-1918. Les quatre cases de la carte montrent à l'extérieur les modèles à suivre (Poilu, infirmière volontaire, paysanne et ouvrière) et au centre les exemples négatifs (embusqué-coquet en uniforme, élégantes parisiennes).

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les bourreurs de crâne. Carte illustrée. Editeur JK, A.H.Katz, Rueil. 1916-1918. La fausse nouvelle se distingue par le fait que ce sont les victimes elles-mêmes qui en sont les propagateurs. Cette carte en montre quelques spécimens parmi la population civile.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Photographie privée tirée sur papier de carte postale. Carte circulée. Anonyme. 1915-1918. Évoque la participation à des œuvres de bienfaisance en faveur des soldats et des blessés. Texte au dos de la carte : « Cette carte vous donnera une idée, chère Tante, de notre petit ouvroir de vacances ; nous faisions alors un travail bien facile ; des coussins pour les trains sanitaires. Nous en avons expédié plus de 60 à Tournon au Comité de la Croix-Rouge qui se charge de la répartition. C'est là que nous adressons nos ouvrages terminés. »

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

L'angélus. Carte illustrée. Éditeur Malcuit (CM) Photo-Editeur, Paris, d'après Jean-François Millet (1814-1875). 1915-1918. En exergue : « La défense et l'entretien du sol : la pensée de chaque jour », montrant la guerre au front et à l'arrière. Une vision aménagée de l'angélus de Millet, faisant place à une image d'assaut héroïque.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Ils sont partis !!! Vous pouvez revenir. Carte illustrée. Ergen. Le titre manuscrit a été rajouté par Louis Fortin, collectionneur de cartes postales ayant fait don de sa collection à la BDIC. 1914. Le 2 septembre le gouvernement et le président de la République quittent Paris pour s'installer à Bordeaux (jusqu'en décembre 1914) et les allemands se trouvent à un vingtaine de kilomètres de la capitale. L'image évoque le départ précipité de parisiens effrayés par l'avancée allemande. Départ rendu particulièrement difficile par la pénurie de moyens de transport, ayant été réquisitionnés pour les besoins de l'armée.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Souvenir des Taube : Gavroche - Eh dites donc là-haut !.. La municipalité défend de cracher sur les trottoirs. Carte illustrée. Éditeur Librairie de l'Estampe, Paris. Maurice Boyer dit Moriss (1874-1963). Octobre 1914. Le Taube (colombe en allemand, en raison de sa silhouette) est le premier avion militaire allemand de série, utilisé par plusieurs armées, principalement entre 1910 et 1914, aussi bien comme avion de chasse, de bombardement d'observation on d'instruction.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

L'heure du Taube. Carte illustrée. Albert Guillaume (1873-1942), éditeur LML. 1914-1915. L'illustration laisse entendre que les parisiens se sont vite habitués aux passages d'avions allemands sur la ville, ils semblent faire preuve d'autant plus de nonchalance que les dégâts des bombardements étaient négligeables au début de la guerre.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Zeppelins !! Carte illustrée britannique bilingue anglais - français, auteur anonyme. 1915-1918. Les dirigeables avaient l'avantage d'une plus grande autonomie et pouvaient apporter des charges plus importantes que les avions, en revanche ils étaient plus lents et vulnérables. Les allemands entamèrent des campagnes de raids nocturnes de bombardement sur Londres à partir du printemps 1915.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Comment, vous vous baignez, vous n'avez donc pas peur des sous-marins ? Carte illustrée. Clam, éditeur Neurdein et Cie. - Paris. 1914-1918. Un estivant s'adresse à une baigneuse en maillot de bain une pièce, très succinct pour l'époque. Sans conséquence pour les rares vacanciers, les sous-marins constituaient un réel danger pour les transports maritimes, les allemands en avaient fait une arme dans la guerre économique, désorganisant les transports de matières premières et de troupes.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les froussards (1918). Carte illustrée. G.Vallon, éditeur : Vidalie, Paris. 1918. Foule de candidats au départ devant la Gare de Lyon. Depuis le début de la guerre, Paris n'était pas à l'abri des raids de bombardement, par des Zeppelins ou par des avions, à partir de la fin mars s'y ajoutèrent les bombardements par des canons de longue portée (incorrectement dénommés Grosse Bertha), placés à une centaine de kilomètres de la capitale.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

L'autre tranchée. Carte illustrée. Jean-Louis Forain (1852-1931), éditeur Gallais et Cie, Paris. 1916. En exergue une citation de Galliéni : « La France, aujourd'hui, veut la guerre », d'après une estampe publiée dans Le Figaro, le 5 janvier 1916. Dans ce nouveau contexte de guerre totale il y a le front militaire et le front intérieur, où chacun-e se doit de contribuer à la victoire.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Guerre 1914-1915. En l'absence de son mari mobilisé une femme remplit les fonctions de crieur public. Carte photographique. Éditeur ELD - Eugène Le Deley, Paris. 1914-1915. Le message est clair : les femmes remplacent les hommes, même dans des métiers qui étaient, à cette époque, plutôt masculins.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

La femme du mobilisé (à la campagne). Carte illustrée. Gil Baer (Gilles Berr dit Gil Baer, 1859-1931). 1914-1918. La femme remplace un mobilisé dans les travaux des champs.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Tracteur à chenilles De Dion-Bouton entrainant une charrue. Carte photographique. Anonyme. 1914-1918. Soldats participant aux travaux agricoles. On s'emploie à montrer les multiples façons de suppléer à l'absence des hommes, y compris en mettant des moyens militaires à disposition des travaux agricoles, l'image véhicule aussi la promotion de l'agriculture mécanisée.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Au Métro. Carte illustrée. Gil Baer (Gilles Berr dit Gil Baer, 1859-1931). 1914-1918. Illustrant le travail des femmes pendant la guerre, cette carte représente une parisienne, travaillant comme Chef de rame dans le métro.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine

Les joyeuses surprises du cinéma. Carte illustrée. Géo Desaine. [1914-1918. Colleuse court-vêtue affichant la publicité d’un film de Charlot sous le regard d’un vieux dandy.

© Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
  • Le conscrit. Carte photographique.
  • Le départ pour la guerre. Carte illustrée.
  • Croquis de guerre 1914
  • Pour ceux qui vont au front. Carte illustrée et texte.
  • Vive la classe 18 : nous les aurons. Carte en tissu monté sur carton.
  • La mobilisation civile. Carte illustrée.
  • Les modes de la guerre. Carte illustrée.
  • Les bourreurs de crâne. Carte illustrée.
  • Photographie privée tirée sur papier de carte postale. Carte circulée. Anonyme.
  • L'angélus. Carte illustrée.
  • Ils sont partis !!! Vous pouvez revenir. Carte illustrée.
  • Souvenir des Taube : Gavroche - Eh dites donc là-haut !.. La municipalité défend de cracher sur les trottoirs. Carte illustrée.
  • L'heure du Taube. Carte illustrée.
  • Zeppelins !! Carte illustrée.
  • Comment, vous vous baignez, vous n'avez donc pas peur des sous-marins ? Carte illustrée.
  • Les froussards (1918). Carte illustrée.
  • L'autre tranchée. Carte illustrée.
  • Guerre 1914-1915. En l'absence de son mari mobilisé une femme remplit les fonctions de crieur public. Carte photographique.
  • La femme du mobilisé (à la campagne). Carte illustrée.
  • Tracteur à chenilles De Dion-Bouton entrainant une charrue. Carte photographique.
  • Au Métro. Carte illustrée.
  • Les joyeuses surprises du cinéma. Carte illustrée.
informations
sources
Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
Diaporama (série d'images thématique)