Bas-Rhin > Le Fort de Mutzig

Le Fort de Mutzig

Galerie de l’abri 1 vers l’abri 16, Fort de Mutzig
© Fort de Mutzig
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

La spécificité du Fort de Mutzig Feste Kaiser Wilhelm II parmi les nombreuses fortifications de la Première Guerre mondiale

En 1914, la Feste Kaiser Wilhelm II de Mutzig est une fortification unique au monde, en raison tout d’abord de ses dimensions exceptionnelles : 254 ha, plus de cinquante ouvrages divers, 22 tourelles de 150 et de 105 mm, 7 000 hommes affectés à son service, 4 centrales électriques, 16 cuisines, 6 boulangeries, 4 puits, etc.

Le Fort, qui doit son nom à la forte implication personnelle de l’empereur Guillaume II, est le lieu d’une véritable révolution architecturale : il est la matérialisation des concepts les plus modernes en matière de fortification en 1893. On peut bien entendu évoquer la paternité belge de la forme triangulaire des deux premiers forts. Mais ce qui  est totalement novateur, c’est l’application d’un concept architectural révolutionnaire : la fortification éclatée, inauguré vers 1897 dans l’actuelle partie  restaurée. Désormais, les nouvelles fortifications seront constituées d’ouvrages spécialisés, répartis sur tout le terrain et reliés entre eux par des galeries souterraines. Ainsi, on supprimait le piège que constituaient les fossés entourant les forts, trop visibles dès lors que l’artillerie ennemie utilisait des ballons captifs.

Par ailleurs, les constructions de Mutzig représentent une véritable révolution technique : en effet, l’invention de l’obus à brisance vers 1885 (mélinite) contraint les ingénieurs à se tourner vers des matériaux de construction nouveaux, à réinventer la plupart des techniques mises en œuvre dans les fortifications. Les constructions de Mutzig seront pour la première fois dans l’histoire entièrement réalisées en béton. La dotation en artillerie sera elle aussi des plus modernes, et c’est au Fort de Mutzig que seront installées les premières tourelles en acier. Enfin, le choix de ces tourelles à embrasure minimale imposera l’installation de la première centrale électrique dans une fortification, afin d’en assurer la ventilation forcée. 

Pour l’empereur, arrivé au pouvoir en 1888, la Feste constitue un haut lieu d’expérimentation et de développement : pour exemple, le Fort permettra au commandement de trancher entre la tourelle à éclipse et la tourelle à embrasure minimale. Huit tourelles de chaque système seront installées dans les deux premiers ouvrages et une série de tests impliquant la troupe sera menée. Le processus aboutira au choix du système à embrasure minimale, plus simple, moins couteux, et plus performant en termes de portée et de cadence de tir que son équivalent à éclipse.

La Feste de Mutzig est très exactement au tournant de la révolution technique et industrielle, elle inaugure une ère nouvelle avec la construction dans son sillage des fortifications autour de Metz et Thionville. En 1918, à leur arrivée, les troupes françaises vont découvrir un monde technique insoupçonné. Les ingénieurs du génie français étudieront en détail  l’ensemble des techniques mises en œuvre, et nombre d’entre elles seront reprises dans la Ligne Maginot. Les fortifications allemandes élaborées entre 1936 et 1944, Ostwall, Westwall, Atlantikwall (le mur de l’Atlantique) en sont bien sûr directement inspirées. 

Un projet à caractère franco-allemand

Avec le retour de l’Alsace à la France, la Feste Kaiser Wilhelm II, avait perdu son nom d’origine. Elle sera renommée « Position de Mutzig » puis en 1940 « Feste von Witzleben » jusqu’en 1944, pour devenir « Fort de Mutzig » aujourd’hui.  À elle seule, cette succession de noms est un raccourci parfait de l’histoire franco-allemande de 1871 à nos jours. Un fort allemand situé en France, restauré conjointement par des Français et des Allemands, avec l’appui des autorités militaires françaises et des collectivités locales : le symbole est de première importance. Le positionnement  franco-allemand de l'association du Fort de Mutzig est au cœur de sa démarche, près de 40% de ses membres sont allemands. Leurs recherches historiques portent autant sur les archives et documents français qu’allemands. Les visites et expositions, l’ensemble de l'affichage est strictement franco-allemand.

Le monument dénommé Namenstein, actuellement en cours de restauration après avoir été démonté de son implantation d’origine et reconstruit dans la partie restaurée du Fort, sera officiellement inauguré en mai 2014. Son rôle emblématique, avec en particulier l’aigle impérial et la plaque Feste Kaiser Wilhelm II restaurés par l'association, est un symbole extrêmement fort de l’évolution des relations franco-allemandes.

Des partenariats français et allemands participent au projet : création en 1999 du Fördeverein der Feste Kaiser Wilhelm II, création d’un chantier d’insertion de jeunes Allemands en difficulté dans le cadre d’un partenariat avec la Rechtspflege Ortenau, etc. Les équipes françaises et allemandes coopèrent sur le site, sympathisent et des amitiés durables se développent. Cette dimension est un puissant levier de motivation pour de nombreux publics amenés à travailler et à visiter le site. D’ailleurs, de nombreux établissements scolaires programment systématiquement une visite du Fort dans le cadre de leurs partenariats européens.

Un projet spécifique lié au centenaire de la Première Guerre mondiale

Le projet de sauvegarde du Fort de Mutzig fêtera son trentième anniversaire en 2014, l’année du Centenaire.

L'association espère que ce contexte permettra de faire classer le site afin de pouvoir léguer aux générations futures ce témoin historique de première importance.

L'association souhaite également positionner le fort de Mutzig comme la fortification majeure de la fin du XIXème siècle. Il s’agit là de la seule fortification allemande complète de cette époque, entièrement restaurée, et d’une richesse unique. Le centenaire de l’entrée en guerre devra permettre d’atteindre cet objectif : témoin exceptionnel de la genèse de notre ère technologique, le Fort est un lieu idéal pour une réflexion sur les causes profondes de cette grande guerre que sont le nationalisme et le militarisme, et leurs conséquences.

localisation

Adresse : rue du Camp
Dinsheim sur Bruche
France
Téléphone : +33 (0)6 08 84 17 42