Autour de la Grande Guerre > Publications Recentes > Gaston Chérau, photo-journaliste pendant la guerre italo-turque de 1911-1912

Gaston Chérau, photo-journaliste pendant la guerre italo-turque de 1911-1912

Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)
4 décembre 1911, bataille d'Ain Zara
© Gaston Chérau / Archives départementales de l'Hérault

Réveiller l'archive d'une guerre coloniale* de Pierre Schill rassemble et analyse pour la première fois le fonds Gaston Chérau, rare témoignage des débuts du photojournalisme, de la confrontation à la guerre et à l’étranger. 

"Je m’excuse près de ceux qui trouveraient écoeurant le spectacle dont je vais essayer de donner une idée ici, mais il est nécessaire qu’ils soient informés des atrocités commises [...] Et si je ne trouve pas de paroles pour exprimer l’horreur que j’ai ressentie aujourd’hui, c’est que le tableau dépassait le tragique auquel on est accoutumé". Ces quelques mots de Gaston Chérau n'ont pas été écrites dans une tranchée de 1914, mais pour un article du Matin daté du 30 novembre 1911. Journaliste et romancier, Gaston Chérau est envoyé par le quotidien parisien couvrir la guerre italo-turque (1911-1912), qui a éclaté en Libye le 29 septembre 1911. Un conflit méconnu autour des territoires de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque et un préambule macabre à la Grande Guerre qui allait éclater deux ans plus tard. 

Gaston Chérau n'est pas simplement journaliste. Il est photo-journaliste, et de fait l'un des tout premiers reporters de guerre, dont les écrits et photos échappent à la censure, contrairement à ce qui se passera pendant la guerre 14-18. Sa description empirique de la guerre méconnue de 1911-1912 fait l'objet d'une vingtaine d'articles au total, et d'environ 200 photographies. 

Ses archives sortent aujourd'hui du fond des tiroirs de la mémoire grâce aux travaux de recherche de l'historien Pierre Schill, auteur de Réveiller l'archive d'une guerre coloniale*, un ouvrage de 480 pages richement illustré et documenté à partir du fonds Gaston Chérau, paru aux éditions Creaphis.

L’ensemble des documents montrés constitue une source de premier plan pour comprendre le rôle contraint du correspondant de guerre, que l’historien Pierre Schill décrit et analyse dans la première partie du volume. La suite de l’ouvrage rend compte d’un croisement des regards contemporains à partir de l’archive réveillée. Les écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe ont publié À fendre le coeur le plus dur ; le danseur et chorégraphe Emmanuel Eggermont a mis en scène un spectacle à partir des images ; la plasticienne Agnès Geoffray a travaillé sur la matérialité de l’archive. L’historien Quentin Deluermoz, l’écrivain et éditeur Mathieu Larnaudie, la critique d’art Smaranda Olcèse et l’historienne de l’art Caroline Recher, en analysant ces interprétations singulières, montrent comment le compagnonnage entre art et histoire a pu faire écho à la puissance expressive de ces archives visuelles.   

Gaston Chérau et la guerre 14-18

Pendant la Première Guerre mondiale, Gaston Chérau fut d'abord correspondant de guerre pour L'Illustration sur les fronts du nord de la France, de Lorraine et en Belgique (août 1914 - début 1915) ; la guerre durant, il fit le choix d'abandonner cette mission pour s'engager en mars 1915 en tant que soldat et fut affecté dans le nord de la France.

En octobre 1915, il fut à sa demande affecté à la Section photographique de l'Armée d'Orient à Salonique, d'abord en tant qu'opérateur photographique puis en tant que directeur de la section. Il fut rapatrié en France au printemps 1917, après avoir contracté le paludisme au cours d'une mission en Abyssinie. 

* Pierre Schill, Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Chérau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc pour la Libye (1911-1912), Créaphis, 2018, 480 p.
Avec des contributions de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz.
Relié, cartonné, 165 x 225 mm, 230 photographies, plusieurs papiers de création, 35 euros.
Diffusion INTERFORUM ; ISBN 978–2–35428–141–0