Autour de la Grande Guerre > "Pietà for World War I", la tapisserie officielle du Centenaire

"Pietà for World War I", la tapisserie officielle du Centenaire

"Pietà for World War I", maquette de la tapisserie du Centenaire (détail)
© Thomas Bayrle
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

L’un des moments phares de l’inauguration officielle de l’Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, prévue en novembre 2017, sera le dévoilement d’un projet artistique de grande envergure : celui de « Pietà for World War I », la tapisserie officielle du centenaire de la Première Guerre mondiale, réalisée à partir d’une maquette de l’artiste allemand Thomas Bayrle. Une oeuvre tissée de 20 m2 qui tombera du métier le vendredi 9 juin à Aubusson, à la Cité Internationale de la Tapisserie où elle a été fabriquée. 

Soulevé en 2014, au début du centenaire de la Grande Guerre, le projet de tapisserie du Centenaire s’est construit progressivement, par une démarche de partenariat entre le Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf, en Alsace, et le Syndicat mixte de la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson, dans la Creuse.

Une commande a d’abord été adressée à Thomas Bayrle, artiste originaire de Berlin, pour la réalisation d’une maquette, base nécessaire pour l’oeuvre tissée finale. Le plasticien allemand, l’un des pionniers du Pop Art, a livré une œuvre de dimension carrée (4,5 m x 4,5 m), en noir et blanc, représentant une Pietà – figure de la Vierge pleurant son fils mort, tenu entre ses bras – réalisée à partir de la répétition d’un seul et même motif ; celui d’une tête de mort, déclinée et étirée de façon à matérialiser dans un effet tridimensionnel les contours de la Pietà.

Entrepris par une équipe de lissiers de l'Atelier Patrick Guillot, un long travail de tissage a ensuite commencé à la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson, sur un métier à tisser de 8 mètres de long que la Cité ne met à disposition que pour des commande de grande envergure. Plutôt que de fournir une copie exacte, les artisans ont tenté de respecter la volonté de l'artiste de voir son oeuvre sublimée par la tapisserie, afin qu'elle devienne une oeuvre proprement commémorative, symbole de le réconcilitation franco-allemande. La tapisserie tombera du métier lors d'une cérémonie officielle le vendredi 9 juin 2017, en présence notamment de l'artiste Thomas Bayrle, du directeur de la Mission du Centenaire Joseph Zimet et du président du Comité du Monument national du Hartmannswillerkopf Jean Klinkert.

Les qualités intrinsèques du médium tapisserie – nomadisme, univers immersif et narratif, support de communication durable – répondent à la volonté de réaliser une œuvre itinérante. Après son inauguration publique au nouvel Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, durant la première quinzaine de  novembre 2017, la tapisserie sera à nouveau présentée pour la saion mémorielle 2018, d'avril à novembre, pendant les périodes d'ouverture de l'Historial. Ensuite, elle pourra être amenée à voyager et être exposée sur d’autres sites du front de la Première Guerre mondiale, en France et en Allemagne.