Autour de la Grande Guerre > Photographie > Photographie Artistique > L'Aisne dans les photographies de John Foley

L'Aisne dans les photographies de John Foley

Le photographe John Foley et Anne Roze ont parcouru depuis plus de 15 ans le front ouest de la Grande Guerre. Au-delà des mémoriaux et des cimetières, ils ont découvert les cicatrices encore visibles dans la terre et le paysage. Au fil des années, ces vestiges souvent délaissés sont sortis de leur oubli grâce au travail des territoires et des associations. Ces traces poignantes témoignent des conditions extrêmes du quotidien des milliers de jeunes gens venus de tous les continents et nous incitent à réfléchir à cet événement majeur de l'Histoire.

J. Foley et A. Roze sont les auteurs de plusieurs livres sur la Grande Guerre ( Les Lieux de la Grande Guerre, RMN 1997, Les Champs de la Mémoire, Le Chêne 1998, L'Artois et La Somme 2006 et 2007). Ils sont les membres fondateurs de l'association « Les Champs de la Mémoire ».

N.B. : Certaines photographies sont suivies de la date à laquelle elles ont été prises, certains lieux ayant pu depuis subir des modifications.

Canons (1998 et 2013). Entre les arbres, sur ce terrain concédé aux Etats-Unis par la France après la guerre, sont restés d'anciens canons. 1/2
Canons (1998 et 2013). Entre les arbres, sur ce terrain concédé aux Etats-Unis par la France après la guerre, sont restés d'anciens canons. 1/2
© John Foley / ChdlM
Canons (1998 et 2013). Entre les arbres, sur ce terrain concédé aux Etats-Unis par la France après la guerre, sont restés d'anciens canons. 2/2
© John Foley / ChdlM

Aisne. Bois Belleau. Il a rendu célèbre le corps des Marines américains. Lors de la contre-attaque alliée contre l'offensive allemande de 1918 dans l'Aisne, ils se battirent durant plusieurs semaines sous le commandement du général Pershing pour reprendre ce bois à proximité de Château-Thierry. Plus de 3000 d'entre eux tombèrent sous le feu des Allemands qui les surnommèrent les « chiens du Diable ».

© John Foley / ChdlM
Cimetière de Bois Belleau. 2289 soldats reposent sous ces tombes et 1060 noms de disparus sont inscrits sur les murs intérieurs de la chapelle. 1/2
© John Foley / ChdlM
Cimetière de Bois Belleau. 2289 soldats reposent sous ces tombes et 1060 noms de disparus sont inscrits sur les murs intérieurs de la chapelle. 2/2
© John Foley / ChdlM

Monument des Fantômes. Ce monument aux morts est l'oeuvre de Paul Landowski, lui-même ancien combattant de la Grande Guerre. Il est érigé sur la butte de Chalmont, face au paysage où avancèrent les troupes alliées  précédées des chars et soutenues par l'aviation, qui contraignirent les Allemands en juillet 1918 à se replier; là où se décida l'issue de la Seconde bataille de la Marne, qui allait entraîner la victoire finale des Alliés.

© John Foley / ChdlM
Aisne. Monument des Fantômes. Au premier plan, la statue représentant la France victorieuse.
© John Foley / ChdlM
Monument des Fantômes. Au sommet de la butte, des soldats des différents corps d'armée se relevant de terre en protégeant un jeune homme.
© John Foley / ChdlM
Aisne. Le monument aux morts américain cote 204.
© John Foley / ChdlM

Aisne. Fort de Condé (1998). Situé dans l'Aisne, c'est l'un des forts Séré de Rivières construits après la guerre de 70 pour protéger l'est et le nord de la France d'une autre invasion ennemie. Mais en 1914, les Allemands passèrent par la Belgique.

© John Foley / ChdlM
Aisne. Chemin des Dames (1997). La croix marquant le début du plateau entre Soissons et Laon.
© John Foley / ChdlM

Paysage du Chemin des Dames (2005). Au pied, le village de Braisne. Ce plateau de 150 m de hauteur entre Laon et la vallée de l'Aisne va devenir un symbole. Les Allemands s'y replièrent en septembre 14. Ce fut le point choisi en 1917 par le général Nivelle pour faire une attaque « définitive »; c'était en fait l'une des positions allemandes les mieux défendues. D'où l'hécatombe qui suivit.

© John Foley / ChdlM

Paysage du Chemin des Dames. Tous les soldats français attendaient de l'offensive du 16 avril la fin de la guerre. Ils parvinrent à se hisser sur la ligne de crête au prix de pertes terrifiantes. Le premier soir de l'attaque, on dénombra 30 000 morts et 20 000 blessés (pour 200 lits). Les soldats, en particulier tirailleurs sénégalais, furent pris entre les tirs croisés des mitrailleuses camouflées dans les pentes.

© John Foley / ChdlM

Chemin des Dames. Les vestiges du château de Soupir. Soupir est l'un des villages, au pied du Chemin des Dames, d'où partit l'attaque du 16 avril. Son château servit de Quartier Général à Pétain quand Nivelle fut relevé de ses fonctions après ce qu'on a appelé les « mutineries ». Il ne reste aujourd'hui du château que le porche d'entrée du parc et une grille.

© John Foley / ChdlM

Le Chemin des Dames au niveau de Cerny. Au sommet du plateau, au milieu de l'ancienne ligne de front, se trouve le village de Cerny. Une modeste chapelle y a été dressée, avec une Lanterne des Morts. A côté sont juxtaposés deux cimetières, français et allemand. Dans le premier reposent 5200 hommes, dans le second, environ 7500, dont près de 4000 dans des ossuaires.

© John Foley / ChdlM
Le Chemin des Dames. Veslud. En contre-pente, le cimetière allemand, situé en plein village à côté du cimetière communal.
© John Foley / ChdlM
  • Canons (1998 et 2013). Entre les arbres, sur ce terrain concédé aux Etats-Unis par la France après la guerre, sont restés d'anciens canons. 1/2
  • Canons (1998 et 2013). Entre les arbres, sur ce terrain concédé aux Etats-Unis par la France après la guerre, sont restés d'anciens canons. 2/2
  • Aisne. Bois Belleau.
  • Cimetière de Bois Belleau. 2289 soldats reposent sous ces tombes et 1060 noms de disparus sont inscrits sur les murs intérieurs de la chapelle. 1/2
  • Cimetière de Bois Belleau. 2289 soldats reposent sous ces tombes et 1060 noms de disparus sont inscrits sur les murs intérieurs de la chapelle. 2/2
  • Monument des Fantômes. Ce monument aux morts est l'oeuvre de Paul Landowski, lui-même ancien combattant de la Grande Guerre.
  • Monument des Fantômes. Au premier plan, la statue représentant la France victorieuse.
  • Monument des Fantômes. Au sommet de la butte, des soldats des différents corps d'armée se relevant de terre en protégeant un jeune homme.
  • Aisne. Le monument aux morts américain cote 204.
  • Aisne. Fort de Condé (1998).
  • Aisne. Chemin des Dames (1997). La croix marquant le début du plateau entre Soissons et Laon.
  • Paysage du Chemin des Dames (2005). Au pied, le village de Braisne.
  • Paysage du Chemin des Dames.
  • Chemin des Dames. Les vestiges du château de Soupir. Soupir est l'un des villages, au pied du Chemin des Dames, d'où partit l'attaque du 16 avril.
  • Le Chemin des Dames au niveau de Cerny. Au sommet du plateau, au milieu de l'ancienne ligne de front, se trouve le village de Cerny.
  • Le Chemin des Dames. Veslud. En contre-pente, le cimetière allemand, situé en plein village à côté du cimetière communal.
informations
Auteur
  • John Foley
    Photographe
Diaporama (série d'images thématique)