Autour de la Grande Guerre > Musique > L'Ensemble Calliopée, le fil musical de l’histoire

L'Ensemble Calliopée, le fil musical de l’histoire

L'Ensemble Calliopée
© Nemo Perier Stefanovitch
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

En résidence au Musée de la Grande Guerre

L’ensemble est en résidence au Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux. Son travail a commencé bien en amont de l’ouverture : il a été associé, dès 2010, aux réflexions de l’équipe du musée sur la mise en place d’une approche sensorielle de l’histoire. D’après son directeur, Michel Rouger, « la résidence d’un ensemble de musique de chambre tel que l’Ensemble Calliopée dans le musée est un moyen, sur un long terme, de proposer une approche sensible et originale de la Grande Guerre et d’ouvrir le musée à de nouveaux visiteurs. Valoriser les collections, favoriser la pluridisciplinarité de l’action culturelle menée autour des collections, éveiller la curiosité du plus grand nombre sont les objectifs principaux de cette résidence. » L’Ensemble Calliopée, associé au Musée jusqu’en 2019 pour toutes les commémorations jusqu’à celle du traité de Versailles, est un partenaire privilégié pour les commémorations nationales des années à venir.

Rigueur historique

À partir d’un travail spécifique de recherche et d’approfondissement sur le répertoire de cette période, l’Ensemble Calliopée aborde sous tous les angles ce passage du 19e au 20e siècle que se révèle être de fait la Guerre de 14-18. Les recherches historiques sont soumises à la validation de l’historien Jean-Pierre Verney, grand spécialiste de la période concernée.

Le répertoire du début du 20e siècle est travaillé en profondeur. Il en ressort une connaissance intime des grands classiques, tels que Claude Debussy et Maurice Ravel, en lien direct avec les événements historiques. Mais d’autres compositeurs moins connus sont également explorés et travaillés avec soin : Lili Boulanger, Ivor Gurney, Rudi Stephan, André Caplet et Lucien Durosoir par exemple. Ces deux derniers compositeurs et musiciens étaient des membres du Quintette du Général Mangin qui, dans la proximité des lignes et le vacarme des marmites, faisaient vibrer leurs instruments pour soutenir les âmes et tenir à distance la mort qui rôdait. L’Ensemble Calliopée a été à l’origine de la redécouverte de l’œuvre de Lucien Durosoir — avec la complicité de son fils Luc — et de l’enregistrement de ses compositions par le label Alpha.

Ce répertoire spécifique est tout autant mis en relation avec d’autres œuvres antérieures qu’avec des œuvres de compositeurs contemporains, tels que Philippe Hersant ou Kryštof Mařatka, soucieux de faire le lien historique entre notre époque et celles qui l’ont précédée.

Exigence artistique

L’Ensemble Calliopée propose des concerts thématiques, souvent servis par une narration élaborée et une projection d’images d’archive, offrant une approche sensorielle de l’histoire et de la musique. Les concerts thématiques sont élaborés à partir d’une importante documentation historique et musicale. Ils sont co-produits avec le Musée de la Grande Guerre et répondent à des critères de rigueur historique et d’exigence musicale. La narration suit en général un double-fil, celui de l’histoire et celui de la musique. Elle est assurée par Karine Lethiec et/ou par un récitant — comédien ou historien.

Les spectacles

D’autres programmes sont disponibles sur demande, sur les thématiques suivantes :

  • L’Histoire du soldat (violon, clarinette, piano) - Stravinsky, Rachmaninov, Denisov
  • Made in USA (clarinette et quintette à cordes) - Gershwin, Bernstein, Corigliano
  • Cymbalum en liberté (cymbalum et alto) - traditionnels roumains, Csardas, Mařatka, Bartók, Achron, Rachmaninov
  • Un violon pour la paix (violon et piano) - Ysaÿe, Szymanovsky, Janáček, Debussy, Rachmaninov, Kreisler, Hersant
  • Voix croisées (soprano et piano) - Ravel, Debussy, Caplet, Boulanger, Berg, Schoenberg, Webern, Stephan, Hersant, chansons
  • Vers la liberté ( accordéon et alto) - Bartók, Debussy, Ravel, Fauré, Achron, Kreisler, Sibelius
  • Ombre et lumière, ciné-concert (flûte, harpe, films ECPAD) - Cras, Ibert, Inghelbrecht, Jongen, Ravel, Fauré, Reich
  • Mon violon m’a sauvé la vie (cordes et piano) - Durosoir, Fauré, Brahms, Caplet
  • L’enfant et les sortilèges (récitante chanteuse et piano) - Ravel
  • La harpe sous les feux de la Grande Guerre - Caplet, Debussy, Durosoir, Stephan

De nouveaux programmes sont en cours d’élaboration sur les thèmes suivants : Grande-Bretagne, Sarajevo, lettres et correspondances, contes musicaux (par exemple La Boîte à joujoux de Debussy, 1914-1917), portraits de musiciens au front (Maurice Ravel, André Caplet, Rudi Stephan).

Actions pédagogiques

Dans un souci de transmission,  l’ensemble élabore et met en place des actions pédagogiques destinées à un public scolaire — primaire, collège, lycée —, aux équipes éducatives et à des publics “empêchés” : centres pénitentiaires, centres hospitaliers, structures spécialisées dans le handicap.

Directrice artistique : Karine Lethiec
Administrateur : Philippe Roullaux
Communication : Laure Schaufelberger