Autour de la Grande Guerre > Musique > "Infinite Now", un opéra inspiré de la Grande Guerre

"Infinite Now", un opéra inspiré de la Grande Guerre

© © Annemie Augustijns / Opera Ballet Vlaanderen
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Infinite Now, opéra contemporain de Chaya Czernowin en partie inspiré du roman A l’Ouest rien de nouveau d’Elrich Maria Remarque, soldat allemand de la Première Guerre mondiale, recevra sa création française à la Philharmonie de Paris, le 14 juin 2017.

Créé à Gand en avril 2017, non loin de certains des plus sanglants champs de bataille de la Grande Guerre, l’opéra Infinite Now sera donné pour la première fois en France dans le cadre de Manifeste – 2017, le festival de l’IRCAM, à la Philharmonie de Paris, le 14 juin.

Opéra hybride mêlant chant et théâtre pur, Infinite Now s’appuie avant tout sur le roman d’Erich Maria Remarque A l’ouest rien de nouveau, écrit en 1929 et consacré à la Première Guerre mondiale, mais aussi sur des lettres de soldats de l’époque ainsi que sur une nouvelle littéraire (traduite en anglais) de l’auteure chinoise Can Xue, Homecoming.

Le metteur en scène de l’opéra, Luk Perceval, construit son travail sous forme de diptyque entre des scènes de tranchées et l’univers de Homecoming dans un décor où une maison est perchée en haut d’une falaise. L’univers romanesque d’Erich Maria Remarque est ainsi mêlé aux lettres authentiques de soldats, celles de combattants allemands, belges, français et anglais ; mais "nul soldat sur scène et pas plus de tranchée, seulement leurs voix et le travail de notre imagination" indique le metteur en scène.

Ces personnages sont pris dans un cauchemar qui semble sans fin et dont ils tentent désespérément de sortir. L’opéra conserve l’idée d’être une pièce de "réminiscences", mais qui parle aussi d’une vie intensément vécue, figée dans un absurde désespoir. L’opéra reste donc du théâtre pur dont les voix se mettent progressivement à chanter.

Ecrit dans un style musical de l'après Seconde Guerre mondiale, hérité de Xenakis, Lachenmann ou encore Scelsi, la partition de Infinite Now de la compositrice israélienne Chaya Czernowin utilise toute une palette de couleurs orchestrales, vocales et électroniques pour dépeindre le tumulte de la guerre, tout en laissant place à des sonorités organiques, voire même angéliques, qui se réfèrent aux différents éléments naturels  – vagues, vent, neige. 

L'oeuvre de Czenowin dans son ensemble se caractérise par un travail sur la métaphore pour atteindre un univers sonore inédit, l’utilisation du bruit et de paramètres physiques tels que le poids, la texture (douceur, rugosité, etc.), la problématisation du temps, et le déploiement ou déplacement de la gamme en vue de créer une expérience sonore vitale, viscérale et directe. Tout cela devant conduire à une musique de l’inconscient qui échappe aux conventions stylistiques et à la rationalité. Selon les propres mots de la compositrice, "Une musique peut-elle être aussi vitale, viscérale, sauvage et indéfinie qu’une expérience vécue ? J’ai rarement entendu une telle musique, mais elle a changé ma vie. Tenter de l’atteindre relève cependant d’un équilibre délicat : il faut être d’une sensibilité à fleur de peau tout en conservant autant de clarté analytique, de précision et de concentration qu’un chirurgien à son scalpel."

Informations pratiques

Mercredi 14 juin à 20h30
« Infinite Now », opéra en version de concert
Opéra de Chaya Czernowin, livret de Luk Perceval et Chaya Czernowin, d’après Erich Maria Remarque et Can Xue
Philharmonie de Paris, 75019
> Plus d’informations sur philharmoniedeparis.fr