Autour de la Grande Guerre > Musique > « 1918, l'homme qui titubait dans la guerre » par le Choeur Capriccio

« 1918, l'homme qui titubait dans la guerre » par le Choeur Capriccio

Média (élément appelé depuis la médiathèque)

Pour commémorer les victimes de la Première Guerre mondiale, le Choeur d'enfants Capriccio de Nevers propose l'interprétation de l'oratorio d'Isabelle Aboulker pour son projet « Musique et mémoire » placé sous haut-patronage de l'UNESCO.

Créé en 1996 à l'initiative de Marie-France Messager, professeur au Conservatoire de Nevers, le chœur Capriccio regroupe actuellement une trentaine d’enfants et d’adolescents, âgés de 8 à 20 ans. Le répertoire du chœur privilégie la musique baroque, le folklore slave, les musiques française et anglaise des XXe et XXIesiècles.

À l'occasion du Centenaire, le Choeur, composé de voix d'enfants issus de peuples victimes ou vainqueurs de ce conflit, de deux solistes et d'un récitant, interprétera l'oratorio d'Isabelle Aboulker « 1918, l'homme qui titubait dans la guerre ». Il illustre la souffrance et les réflexions d'un soldat imaginaire, lors des derniers combats qui ont eu lieu le jour même de l'armistice du 11 novembre 1918. Le livret d’Arielle Augry est conçu à partir de textes d'écrivains illustres, tels Guillaume Apollinaire, Blaise Cendrars, Henri Barbusse, Jean Cocteau, Louis-Ferdinand Céline ou Romain Rolland.

Les spectacles prévus pour l'année 2014 auront lieu :

  • le 19 octobre 2014 à la Cité d'Or de Saint Amand Montrond (18) ;
  • le 9 novembre 2014 à la Maison de la Culture, Scène Nationale de Nevers (58) ;
  • le 11 novembre 2014 au Palais de l'UNESCO à Paris.

Pour les prestations des 9 et 11 novembre 2014, deux chœurs européens se joindront au chœur Capriccio de Nevers : les chœurs d'enfants de Wolfratshauser (Allemagne) et de Birmingham (Angleterre).

À travers ce projet musical international, le Chœur Capriccio souhaite rendre hommage aux millions de disparus de toutes les nations et transmettre leur mémoire, célébrer la réconciliation déjà ancienne entre les belligérants et rassembler et impliquer de jeunes choristes de différentes nations dans un acte artistique fort, pour créer une mémoire européenne active autour d’une œuvre emblématique, afin de construire ou d’affermir des liens culturels pacifiques entre les peuples victimes ou vainqueurs de ce conflit. Ce projet vise également à contribuer au développement de la conscience citoyenne des plus jeunes, en leur permettant de réfléchir sur ce conflit passé, afin qu’ils puissent cultiver leur vigilance pour l’avenir.

Ce projet est placé sous le haut-patronage de l’UNESCO, pour les deux productions de l’oratorio (Nevers/Paris).

Ce spectacle s'adresse à tout public.