Autour de la Grande Guerre > Les soldats Américains à Dijon, 1917-1920

Les soldats Américains à Dijon, 1917-1920

Stationnement des camions américains sur les boulevards de Dijon.
© Archives de la Ville de Dijon
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

A l'occasion du centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis, le service des Archives de la Ville de Dijon organise une exposition intitulée « Une ville à l'arrière du front, Dijon 1917-1920», du 6 avril au 9 juillet 2017.

À partir du mois de juillet 1917, l'arrivée massive de soldats américains, appuyés par une logistique impressionnante, perturbe la population dijonnaise. Dans un contexte économique et social difficile, les relations oscillent entre curiosité, étonnement et rejet. Les autorités militaires américaines mettent rapidement en place de nombreuses infrastructures : hôpital, laboratoire médical, dépôts de matériel médical et pharmaceutique, parc de révision de voitures et de camions, dépôt d'aviation. Les tensions dues à la hausse des prix, la présence de travailleurs coloniaux ou encore le regain de la prostitution sont indéniables. Cependant les contacts entre deux mondes qui se découvrent sont également source de dialogues : sports, cinématographie, jazz, cours de langues permettent de cordiaux échanges. Cela facilitera l'ouverture d'une section américaine à l'université de Dijon en 1919.

Parcours de l'exposition

L'exposition est divisée en 5 sections:
  • La première section s'ouvre sur l'entrée des Américains en guerre en 1917.  En 1917 et 1918, le réseau ferré bourguignon est renforcé pour faciliter l’acheminement des hommes et des équipements vers le front, tout comme leur retour vers les bases arrière. Le général John Pershing, commandant en chef du Corps expéditionnaire américain, établit son quartier général à Chaumont dans le département de la Haute-Marne.
     
  • La deuxième section s'attarde sur les problèmes de ravitaillement et de la vie des Dijonnais pendant la guerre. Les habitants ont souffert à partir de 1917 de nombreuses restrictions. Une active politique d’assistance mise en place par la municipalité, en liaison avec des associations caritatives, a toutefois permis la distribution de pain, lait, charbon aux plus nécessiteux et aux réfugiés. Les difficultés d’approvisionnement se sont accentuées avec la durée du conflit. En janvier 1916, le comité consultatif d’action économique de la 8ème région territoriale transfère son siège à Dijon.
        
  • La troisième section se concentre sur les relations des Dijonnais avec les soldats américains. Dès le 14 juillet 1917, l'Hôtel de Ville et les principaux bâtiments publics sont pavoisés des drapeaux alliés et américains.  Les Sammies sont particulièrement sensibles à la présence d'une réplique en bronze de la Statue de la Liberté signée Auguste Bartholdi dans la grande salle du foyer. D'autres manifestations ont lieu dans la ville et permettent de mieux se connaître.
     
  • La quatrième section souligne le rôle des secours et de l'assistance à Dijon. Au début de la guerre, Dijon est une place où les blessés sont évacués ; les soldats n’y restent que le temps de recevoir les premiers soins avant d’être transportés dans d’autres localités à l’arrière. Rapidement Dijon devient une place de répartition, les blessés y demeurent jusqu’à leur complète guérison. Le nombre important de ces soldats blessés dépasse les possibilités d’accueil des salles de l’hôpital de Dijon. Des hôpitaux militaires complémentaires (HC) sont créés dans des locaux publics et privés.
     
  • Enfin, l'exposition se clôture sur l’après-guerre à Dijon. En février 1919, les militaires américains dont le colonel Reeves étudient les modalités de transformation des hôpitaux d’Aiserey et de Beaune en établissements scolaires et universitaires. Ils choisissent d’installer une école supérieure d’agriculture à Aiserey (2 300 étudiants soldats) et une université temporaire à Beaune. Plus de 9 500 étudiants-militaires sont encadrés par 600 professeurs et assistants. Ils sont vivement encouragés à découvrir la ville de Dijon. 260 étudiants intègrent la section américaine de l’Université de Dijon en mars 1919 sous le commandement militaire du capitaine Robb et sont officiellement accueillis lors de la séance solennelle d’ouverture de la section américaine de l’université au théâtre municipal le 12 mars 1919.

Informations pratiques
Du 6 avril au 9 juillet 2017
Archives de la Ville de Dijon, 17 rue de Colmar
Ouvert du mardi au dimanche, de 14h à 18 h
Entrée libre
Renseignements au 03.80.74.53.82.

> En images : extraits de l'exposition "Dijon, une ville à l'arrière du front, 1917-1920"