Autour de la Grande Guerre > L'armée américaine en Sologne et en vallée du Cher, 1917-1919

L'armée américaine en Sologne et en vallée du Cher, 1917-1919

Les doughnuts du camp de Noyers, février 1919.
© Musée de Sologne
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Expositions, conférences, spectacles, concerts... De mars à décembre 2017, plusieurs communes et associations du Pays de la vallée du Cher et du Romantinais commémorent le Centenaire de l'installation des troupes américaines dans la région.

Le 6 avril 1917, le congrès américain déclare la guerre à l'Allemagne et les Etats-Unis s'engagent dans la Première Guerre mondiale aux côtés des alliés. Ce fait est un bouleversement depuis le début de la Grande Guerre car les Etats-Unis vont mobiliser des millions d'hommes. Ces soldats vont être un soutien essentiel pour les armées françaises et britanniques épuisées après trois ans de conflits. Pourtant, en avril 1917, l'armée amércaine est de taille réduite, n'a aucune expérience des combats et possède des mitrailleuses pour seul équipement militaire moderne. Le général John Pershing décide de se rendre en France en juin 1917. Les premiers soldats de la première division défilent à Paris le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. La puissance industrielle et humaine des État-Unis mobilise toute son énergie. Entre 1917 et 1918, plus de deux millions d'hommes sont inscrits sur le registre militaire national. Au total, quatre millions d'américains ont franchi l'Atlantique pour se battre aux côtés des alliés.

Un gigantesque dépôt de 90 ha

Afin de pouvoir acheminer le matériel venu des Etats-Unis le plus rapidement possible sur le front, l'état-major américain, commandé par le général Pershing, décide de faire du Centre de la France un carrefour logistique entre ses ports et les zones de combats par l'installation de camps d'entrainement et de zones de stockages. La construction du General Intermediate Supply Depot (GISD) à Gièvres est en marche.

Les premiers soldats arrivent à Gièvres en août 1917. En quelques mois, avec des moyens mécaniques et humains colossaux, ils installent un immense entrepôt de matériel chargé de ravitailler l'armée américaine en campagne, depuis le front français jusqu'en Italie. Le GISD traverse la commune de Gièvres d'Est en Ouest et mord sur les communes voisines de Pruniers-en-Sologne et Villefranche. L'entrepôt comprend :

- Les stockages ; plus de 200 magasins contenant du matériel et des produits les plus divers.
- 90 ha environ de dépôt en plein champ, sous bâche ou à l'air libre.
- 4 citernes d'une capacité de 2 270 000 litres d'essence chacune.
- Une gigantesque usine frigorifique de 300m de long 40m de large. Elle est à l'époque la deuxième du monde après Chicago. Elle permet de congeler 8000 tonnes de viande.
- Un service de santé comprenant d'immenses stocks de matériel chirurgical et médical.
- Un hôpital abondamment approvisionné en produits pharmaceutiques et équipés d'appareils de radiologie. La population des environs a souvent recours aux médecins américains qui la soignent gratuitement.
- Le rail avec ses gares et ses entrepôts de triage pour acheminer le matériel vers le front.
- Un parc d'artillerie, où sont stockés et montés quantité d'engins divers.
- Un service de transmission et un poste météo.
- Un hôpital vétérinaire implanté à l'est de Gièvres.
- Les cantonnements des soldats et du personnel : 430 baraques.
- Les accueils pour les soldats : Croix Rouge et YMCA (Young Men's Christian Association)
- Le cimetière américain, établi à l'angle de la RN76 et de la D124, a reçu 254 corps
- Le cimetière communal 48. Après la guerre, tous les corps sont exhumés et rapatriés aux États-Unis.

Outre la construction de cet entrepôt, des camps d'entrainements sont installés à St Aignan et Noyers-sur-Cher. Les fabrications et réparations d'avions et automobiles prennent place respctivement à Pruniers-en-Sologne et Romorantin. Après la guerre, tout a été démonté. La base aérienne de Pruniers-en-Sologne, reprise par l'armée française, reste le seul témoin de cette épisode ainsi que des graffitis laissés ci-et-là sur les façades de quelques maisons de la vallée du Cher.

Au total, la présence de l'armée américaine en vallée du Cher et en Sologne a duré deux ans, de juillet à décembre 1919. Cet événement atteste les débuts de la guerre moderne en raison de des moyens déployés et représente un  "choc des civilisations"  pour cette partie de la population française qui voyait souvent pour la première fois l'utilisation courante de l'électricité ou encore un nombre important de véhicules circulant sur les routes.

Un travail de mémoire

L'aire géographique du Pays de la vallée du Loire et Cher et du Romantinais correspond à celle couverte par le déploiement américain dans le sud du Loir-et-Cher. Plusieurs communes et associations ont émis la volonté de commémorer cet épisode historique, à travers des animations culturelles historiques (expositions temporaires, conférences, sorties sur site), artistiques (spectacles, pièces de théâtre, concert jazz, et cinématographique (cycles cinéma).

> Retrouvez toute la programmation sur my-loire-valley.com ou en téléchargeant la brochure complète en PDF
> En images : l'armée américaine en Sologne et en vallée du Cher