Autour de la Grande Guerre > Expositions > Exposition "Nissim de Camondo et la Grande Guerre"

Exposition "Nissim de Camondo et la Grande Guerre"

Le lieutenant Nissim de Camondo dans la cour de l’hôtel, 63 rue de Monceau. 1916
© Les Arts Décoratifs, Paris
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Nissim de Camondo, fils du comte Moïse de Camondo, est mort dans un combat aérien le 5 septembre 1917 à l'âge de 25 ans. A l'occasion du centenaire de sa disparition, les Arts Décoratifs lui consacrent une exposition à partir du 21 septembre 2017, réalisée à partir des archives du musée Camondo, à Paris. Un fonds exceptionnel composé de documents, lettres et photographies inédites, qui permet de faire revivre le souvenir du jeune combattant, tout en apportant un témoignage précis et vivant sur la guerre telle qu’il l’a vécue.

Éminent collectionneur d’art décoratif du XVIIIe siècle, issu d’une famille de banquiers israélites ayant quitté Constantinople pour s’installer à Paris en 1869, le comte Moïse de Camondo fait bâtir à la veille de la première Guerre mondiale une magnifique demeure, 63 rue de Monceau, pour y présenter ses œuvres d’art. À la suite de la mort de son fils auquel il destinait son hôtel et ses collections, il décide en 1924 de les léguer à l’État français à travers l’Union centrale des Arts décoratifs (aujourd’hui Les Arts Décoratifs) afin d’en faire un musée portant le nom de ce fils trop tôt disparu et d’honorer sa mémoire.

> Lire : Les écrits 14-18 de Nissim de Camondo

Pendant ses trois années passées sur le front, Nissim de Camondo écrit régulèrement à ses proches pour leur raconter son combat. Conservées dans les archives du musée, les lettres qu’il envoie à son père et à sa sœur sont aussi révélatrices de sa personnalité. Courageux, patriote, il n’hésite pas à accomplir des missions de reconnaissance périlleuses, comme observateur dans l’aviation pendant la bataille de Verdun, puis plus tard comme pilote. Ses excès de bravoure lui coûteront la vie. Sa correspondance qui dévoile son affection pour les siens, trouve un complément dans son journal de campagne scrupuleusement tenu.

L’exposition, qui accompagne une publication inédite des écrits de guerre de Camondo, invite à découvrir la vie du jeune patriote entre 1914 et 1917, à travers un choix de lettres et cartes postales envoyées principalement aux siens, son journal de campagne, sa correspondance avec son amante Renée Dorville, ses citations à l’ordre de l’armée ainsi que divers documents tels que cartes d’état-major, ordres de missions, articles de presse, photographies et vues stéréoscopiques.

Informations pratiques
Exposition du 21 septembre 2017 au 11 mars 2018
Musée Nissim de Camondo
63, rue de Monceau, 75008 Paris
Tél. : 01 53 89 06 50 ou 06 40 (boîte vocale)