Autour de la Grande Guerre > Expositions > Exposition "Les soldats de Foch vus par Burnand"

Exposition "Les soldats de Foch vus par Burnand"

© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Du 11 novembre 2017 au 11 février 2018, le musée de la Légion d'honneur met en regard les décorations et bâtons de maréchal de Foch avec la série de portraits de soldats réalisés par le peintre Eugène Burnand, tous réunis pour la première fois. 

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, l'exposition Cent portraits pour un centenaire, les soldats de Foch vus par Burnand ​présentée par le musée de la Légion d'honneur et des ordres de chevalerie, entend rendre hommage à la mémoire du maréchal Foch, à travers l’émouvante galerie de portraits que le peintre Burnand a réalisés à partir de 1917. 

Profondément attaché à la France, Burnand fut nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur en 1893. Pendant la Première Guerre mondiale, il se voit confier une "mission diplomatique" consistant à peindre le portrait de soldats français ou alliés placés sous le commandement du maréchal Foch. Installé à Paris, le peintre réunit ses premiers modèles à partir de 1917. Il effectue ensuite de nombreux voyages, notamment à Marseille et à Montpellier, où sont stationnées les troupes coloniales françaises et britanniques. Quarante portraits sont achevés alors que l’armistice est signé en novembre 1918 et une première exposition est organisée au musée du Luxembourg en 1919. Le peintre poursuit cependant son projet avec l’aide des autorités militaires alliées. Il souhaite réaliser le catalogue le plus complet possible de soldats ayant participé au conflit qu'il nommera Les Alliés dans la guerre des nations. C’est ainsi que les Américains lui firent passer en revue un bataillon afin qu’il choisisse un modèle, et le commandant d’un cuirassé japonais lui envoya le plus bel homme de son équipage    

Plusieurs dizaines de ces portraits de soldats ont été réunis pour cette exposition temporaire au musée de la légion d'honneur, accompagnées de quelques œuvres emblématiques de Burnand qui résument sa carrière de peintre naturaliste, religieux, d'histoire et celle d’illustrateur. 

Le parcours de l'exposition

La série des portraits de soldats d’Eugène Burnand fit l’objet, dès après sa réalisation, d’un ouvrage préfacé par le maréchal Foch, Les Alliés dans la guerre des nations. C’est ce livre, dans son édition originale de 1922 et en consultation dématérialisée, qui accueille le visiteur de l’exposition Cent portraits pour un centenaire, avec un premier visage, celui du fantassin Desvignes. L’accompagnent un autoportrait de l’artiste et une photographie de Foch que Burnand n’eut pas le temps, avant sa mort, de saisir au pastel avec les soldats de la Grande Guerre

La première salle de l’exposition — préambule à la formidable galerie de portraits — offre la vision d’un artiste aux multiples talents. Les disciples Pierre et Jean courant au Sépulcre le matin de la Résurrection, témoigne de la virtuosité et de l’exigence spirituelle du peintre religieux. Le naturaliste et paysagiste s’exprime dans l’ample Faucheur ainsi que dans La rentrée des troupeaux, exécuté dans le Midi de la France où Burnand séjourna à plusieurs reprises. On découvre également ses illustrations, autre activité qu’il affectionnait, aux côtés de son Liber veritatis, à la fois carnet de notes et de croquis qui documente très précisément le processus de création de l’artiste.

La seconde salle, véritable cœur de l’exposition, est consacrée à la série complète des Alliés dans la guerre des nations, pastels des soldats de la Première Guerre mondiale rendus dans toute leur humanité et leur diversité d’origine. La muséographie met à l’honneur les 102 portraits subsistant, rassemblés et exposés tous ensemble pour la première fois, trois d’entre eux provenant du musée Eugène Burnand et le musée de la Légion d’honneur n’en présentant habituellement au public que 72. 

L’exposition rend hommage au maréchal Foch, généralissime des armées alliées, en plaçant au centre de la salle, entourés des portraits, ses insignes honorifiques. Foch, fait rarissime, fut trois fois élevé à la dignité militaire suprême de maréchal, par la France, la Grande-Bretagne et la Pologne. Prêtés par le musée de l’Armée, ses trois bâtons sont présentés avec ses décorations exceptionnellement sorties des réserves dans leur intégralité. Un dispositif vidéo le montre dans sa grandeur de chef militaire.

Une application smartphone

Aviateur, aumônier, infirmière, zouave, spahi algérien, tirailleur sénégalais, sous-officier écossais ou hindou, soldat d’infanterie serbe ou tchécoslovaque, marin japonais... : une application téléchargeable sur smartphone donne vie à trente portraits grâce à des extraits de films d’archives replaçant ces tableaux dans leur contexte historique. 

Informations pratiques

Exposition du 11 novembre 2017 au 11 février 2018
​Du mercredi au dimanche, de 13h à 18h
Musée de la Légion d'honneur
2, rue de la Légion d’honneur 75007 Paris
​Entrée gratuite
> Plus d'informatons sur legiondhonneur.fr