Autour de la Grande Guerre > Exposition "Vimy 1917, la guerre souterraine des Canadiens"

Exposition "Vimy 1917, la guerre souterraine des Canadiens"

Vue générale de la carrière souterraine de la Maison Blanche
© Yves Le Maner
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

A découvrir au musée Lens 14-18 du 8 avril au 12 novembre 2017, l'exposition "Vimy 1917, la guerre souterraine des Canadiens" évoque un aspect peu connu du premier conflit mondial : la guerre souterraine qu’ont livrée les soldats, réfugiés dans les entrailles de la terre pour se prémunir de la puissance meurtrière de l’artillerie. 

Issus d’un pays neuf, venus combattre – et pour beaucoup mourir – à des milliers de kilomètres de leur foyer, les Canadiens ont, plus que tous les autres belligérants, marqué leur passage en France par des graffitis et des sculptures tracés dans les parois de craie des cavités souterraines de l’Artois et de la Picardie, où ils ont séjourné avant de monter à l’assaut ou pendant les périodes de repos à l’arrière du front. Pour eux, c’est lors de la prise de la crête de Vimy en 1917 que véritablement naitra l’appartenance à la nation canadienne.

Après une présentation synthétique des étapes de l’implication du Canada dans les combats et des pertes qu’il a subies, sont décrits les conditions de vie des troupes entre deux assauts, leurs lieux de cantonnement, leurs hôpitaux, leurs camps d’entraînement dans les villages le long de la chaussée Brunehaut, à l’ouest d’Arras, mais aussi les liens noués avec les populations civiles.

Les traces (inscriptions et graffitis) laissées par les soldats canadiens sur les murs des granges et dans les abris souterrains sont ensuite présentées, à la fois par la cartographie des vestiges conservés, par les techniques utilisées et par leurs contenus (noms, badges, images de femmes, symboles religieux et patriotiques, caricatures, thèmes maçonniques...).

L’exposition permet ainsi de mettre en valeur des témoignages méconnus, fragiles, exposés à l’érosion naturelle et au vandalisme, mais aussi irremplaçables en ce qu’ils constituent souvent la seule trace du passage d’hommes ordinaires, venus mourir sur un sol étranger pendant la Première Guerre mondiale.

Informations pratiques

Du samedi 8 avril au dimanche 12 novembre 2017 - Entrée libre.
Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18 h. Fermé le lundi.
Lens 14-18 Centre d'Histoire Guerre et Paix
102, rue Pasteur
62153 SOUCHEZ