Autour de la Grande Guerre > Cinema Audiovisuel > Le héros de la Marne d'André Hugon (1938)

Le héros de la Marne d'André Hugon (1938)

Le héros de la Marne d'André Hugon
© D.R.
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Ce film s'inscrit dans le courant pacifiste qui s'est exprimé dans le cinéma français dans les dernières années qui ont précédé la Deuxième Guerre mondiale. Dans le cadre du Centenaire, il a fait l'objet d'une restauration par Les Films de l'Effraie.

Synopsis

Dans un petit village dans la Marne, en 1914, le père Lefrançois, rigide dans ses principes, s'oppose à l'amour de son fils Jean pour Hélène, la fille de Bardin. La guerre éclate. Lefrançois s'engage et revient bientôt du front, aveuglé par une terrible blessure au visage. Jean, qui n'a pu épouser Hélène, est lui aussi soldat. La nouvelle de sa mort héroïque atteint son père de plein fouet. D'autant qu'Hélène, seule et abandonnée, a eu un enfant du héros disparu...

Interprètes

Germaine Dermoz (Suzanne Lefrançois), Jacqueline Porel (Hélène Bardin), Catherine Fontenay (l'infirmière), Raimu (Bernard Lefrançois), Bernard Lancret (Jean Lefrançois), Paul Cambo (Pierre Lefrançois), Georges Paulais (Galliéni), Camille Bert (Hansi), Georges Péclet (Jules Védrines), Albert Bassermann (Von Gelow,le colonel allemand), Edouard Delmont (le père Bardin), Pierre Louis Quentin Lefrançois), Denis d'Ines, Jean Toulout, Francined, Jean Mercure, Fernand Fabre, Georges Bever, Pierre François, André Nox, Pierre Nay, Robert Didry, Philippe Janvier…

Fiche technique

Film parlant français en noir et blanc
Temps : 93 minutes à 24 images/seconde
Cadre : 1,37
Production : Films André Hugon
Direction de production : Maggie Gillet
Réalisation : André Hugon
Scenario : André Hugon,d'après son roman Jean Lefrançois,héros de la Marne
Distribution : Les Films de l'Effraie
e-mail : filmeffraie@wanadoo.fr
Musique : Jacques Ibert
Photo : Marc Bujard
Studio : François 1er à Paris

Note

Ce film tourné en 1938 s'inscrit dans le courant pacifiste qui s'est exprimé dans le cinéma français dans les dernières années qui ont précédé la Deuxième Guerre mondiale. Au début des années 30,une première vague avait illustré ce mouvement avec des films comme Les Croix de Bois de Raymond Bernard (1931), Verdun, souvenirs d'histoire de Léon Poirier (1932),ou la version parlante de J'accuse dans laquelle Abel Gance reprenait son scénario de 1921.

Une deuxième vague, à la veille du conflit, s'éleva pour mettre en garde contre les dangers et les horreurs d'un nouvel affrontement en Europe, largement inspiré par les idées pacifistes de Jean Giono .C'est à cette veine qu'appartiennent des films comme Le héros de la Marne d'André Hugon (1938) ou Paix sur le Rhin de Jean Choux (1938).

Il faut rappeler que Raimu s'enthousiasma pour le rôle et sut convaincre André Hugon de le lui confier. Ce sera sa deuxième collaboration avec ce metteur en scène avec lequel il avait tourné Gaspard de Besse en 1935. Autour de Raimu, le film réunit une solide interprétation avec Delmont, Germaine Dermoz, Paul Cambo et Bernard Lancret et permet de découvrir le jeu sensible de Jacqueline Porel. Le grand artiste allemand Albert Bassermann, qui avait fui le nazisme et se trouvait alors en France, joua avec finesse et une grande humanité le rôle du colonel Von Gelow.

Une dernière précision : lorsque les troupes allemandes occupèrent Paris, leurs autorités firent saisir une partie de l'oeuvre d'André Hugon et le négatif du Héros de la Marne fut un des premiers à partir en fumée, d'où les difficultés rencontrées pour restaurer ce film avec les éléments existants.