Autour de la Grande Guerre > Archeologie > La bataille d'Arras et les oubliés du "Point du Jour"

La bataille d'Arras et les oubliés du "Point du Jour"

Vue de détail du haut du corps des 6 premiers soldats britanniques dégagés dans la tombe du Point du Jour, on notera le soin apporté au positionnement régulier des bras des inhumés.
© Yves Desfossés
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Les commémorations de la bataille d’Arras du 9 avril 2017 sont l’occasion de revenir sur les apports récents de l’archéologie dans la compréhension de l’histoire de la Première Guerre mondiale au plus près de l’expérience combattante, telle la découverte, en 2001, de la tombe des "Grimbsy Chums". Le Musée de la Grande Guerre de Meaux consacre par ailleurs une exposition sur ce thème, à voir jusqu'au 18 septembre 2017.

Le 21 mai 2001, le godet de la pelle mécanique met au jour l’angle d’une fosse sur la ZAC Actiparc d’Arras. Après quelques heures de terrassement, une fosse commune de 15 mètres de long regroupant les restes de 20 soldats est dévoilée. Le caractère exceptionnel de cette découverte tient au nombre de corps inhumés mais également à leur étonnante disposition : le coude droit de chaque homme recouvre le coude gauche de son voisin de droite. Seul le 20e et dernier corps déposé dans la tombe présentait une disposition différente, les bras placés le long du corps sans contact direct avec le corps précédent.

Les objets retrouvés dans la zone, tel les badges d’épaules, ont permis d’identifier ces soldats. Tous britanniques, âgés de 20 à 40 ans, tout porte à croire qu’ils faisaient partie du 10e bataillon du Lincolnshire Regiment, engagé dans le secteur d’Arras entre le 9 et le 13 avril 1917. La localisation de la tombe immédiatement en retrait de la "Brown Line", atteinte le soir du 9 avril par ce bataillon, confirme d’ailleurs cette information. Ils ont sans doute été enterrés, pour 19 d’entre eux, par leurs camarades, qui devaient bien les connaitre pour mettre autant de soin à les inhumer ainsi, en première ligne et lors d’une offensive majeure. Des douilles d’obus semblent avoir matérialisé la fosse en surface. Les efforts déployés pour la réalisation de cette sépulture s’éclairent d’un jour nouveau quand on sait que les hommes du 10e Bataillon étaient surnommés les « Grimsby Chums », soit littéralement les « potes de Grimsby », petit port du nord-est de l’Angleterre. Le recrutement britannique privilégiait l’enrôlement dans la même unité d’hommes provenant d’une même ville, d’un même quartier.

La tombe des oubliés du « Point du Jour » est un témoignage particulièrement poignant du profond sentiment de camaraderie qui a souvent uni les combattants de la Grande Guerre.

Pour aller plus loin

> Pour plus d'informations sur cette découverte, télécharger l'article complet "Arras Actiparc, les oubliés du Point du jour" rédigé par Yves Desfossés, Alain Jacques et Gilles Prilaux (décembre 2003)
> Se référer par ailleurs à l'ouvrage L’archéologie de la Grande Guerre, Editions Ouest-France, 2008, rédigé par Yves Desfossés, Alain Jacques et Gilles Prilaux.
> Une section de l'exposition archéologique "De terre et d'acier" est consacrée à cette découverte, à voir au Musée de la Grande Guerre de Meaux jusqu'au 18 sepembre 2017.