Artistes entre guerre et paix par l'Ensemble Calliopée

Artistes entre guerre et paix par l'Ensemble Calliopée

Média (élément appelé depuis la médiathèque)

En ce début de 20e siècle, nous assistons à une énorme explosion artistique. Jamais on n’avait assisté à un feu d’artifice aussi riche et varié sur le plan culturel. Tous les arts sont en pleine effervescence, la littérature avec le réalisme et le surréalisme… la musique avec le post-romantisme et l’avant-garde… la peinture et les arts visuels avec l’impressionnisme, l’art nouveau, le cubisme… On revisite les anciens, on invente une autre façon de voir, on se libère d’un carcan jusque là un peu trop serré… Tout devient possible. La vie musicale européenne est particulièrement active à la veille de la guerre. Paris est devenu le principal pôle culturel où se rassemblent des compositeurs venus des quatre continents. Jamais autant de mouvements musicaux n’auront vu le jour en un si court moment de l’histoire.

Des lettres, des images et de la musique

C’est au milieu de cette effervescence que la guerre éclate ! Qui peut imaginer que la Grande Guerre mobilisera cinquante millions d’hommes, et va dévorer une génération entière. Parmi ces hommes de nombreux artistes, chanteurs, musiciens et compositeurs, peintres, écrivains en âge d’être mobilisés, et dont certains ne reviendront pas. Alain Fournier, Maurice Genevoix, Charles Péguy, Guillaume Apollinaire, parmi les écrivains. Claude Debussy, André Caplet, Gabriel Fauré, Francis Poulenc, Maurice Ravel, Lili Boulanger parmi les musiciens.

Il faut dire que nous sommes à un moment de l’histoire où le patriotisme imprègne toute la société. Le peintre et soldat Eugène Emmanuel Lemercier écrit à sa mère au début de la guerre « La vraie mort serait de vivre dans un pays vaincu. Auparavant, j’aimais la France en artiste, un peu comme un tableau pourrait aimer son cadre… il a fallu cette horreur pour sentir les liens profonds qui m’unissent à mon pays. »

Ce spectacle retrace la vie de certains de ces artistes pris dans la tourmente : les musiciens mobilisés comme soldats — Maurice Ravel, André Caplet, Francis Poulenc, Lucien Durosoir — et les écrivains Maurice Genevoix et Romain Darchy, qui ont participé à cette guerre de 1914 à 1918. Ils ont écrit à leurs proches, et leurs lettres, parfois censurées par les autorités militaires, sont déchirantes. Elles nous décrivent des conditions de vie à peine imaginables, la mort si proche, le froid, la boue, la longue attente… l’espoir de la victoire.

Un spectacle musical, littéraire et historique

Cette évocation musicale et littéraire mise en images a été élaborée en étroite collaboration avec Jean-Pierre Verney, historien spécialiste de la Grande Guerre, à partir de récits de combattants, de correspondances et de nombreux documents provenant des Archives du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux. La narration à la fois historique et musicale, est illustrée par une projection documentaire réalisée à partir des documents d’archive en collaboration avec Concerto Communication, spécialiste de l’image.

Programme musical

Des lettres, des images et de la musique…
Maurice Ravel (1875-1937) - Pavane pour infante défunte (1899) - arrangement pour flûte, alto et harpe par David Walter
« Je veux partir »
Maurice Ravel - Sonatine (1903-1905), Modéré - arrangement pour flûte, alto et harpe par Carlos Salzedo
« Ecrire pour ne rien perdre »
Sergueï Rachmaninov (1873-1943) - Vocalise pour alto et harpe (1912-1915) - transcription
Vieux tout d’un coup !
Herbert Howells (1892-1983) - Prélude pour harpe seule (1915)
« J’ai pleuré sans savoir pourquoi»
André Caplet (1878-1925) - Viens! … Une flûte invisible (1900) - arrangement pour flûte, alto et harpe
« Tout devient possible »
Igor Stravinsky (1882-1971) - Chanson russe pour flûte et harpe (1922) - d’après la transcription pour violon de Dushkin
Il plane un silence de mort
Claude Debussy (1862-1918) - Sonate pour flûte, alto et harpe (1915) - Finale
« Des notes en touches de couleurs »
Claude Debussy (1862-1918) - Sonate pour flûte, alto et harpe (1915) - Interlude
Prendre un mort pour un vivant
Philippe Hersant (né en 1948) - Nocturnes pour flûte, alto et harpe (2001)
« La musique dans les tranchées »
Lucien Durosoir (1878-1955) - Berceuse pour alto et harpe (extrait des Cinq Aquarelles pour violon et piano, 1920) - transcription
La source
Maurice Ravel - Sonatine (1903-1905), Animé - arrangement pour flûte, alto et harpe par Carlos Salzedo

Version spectacle (avec projection d'images d'archives)
Version concert (présenté et commenté)
Grand public ou scolaires
Intervenants

L’Ensemble Calliopée :
Anne-Cécile Cuniot, flûte
Karine Lethiec, alto et direction artistique
Sandrine Chatron, harpe
Autres :
Gérard Charroin, récitant
Didier Bertrand, réalisation du montage documentaire