André Clerc (24 avril 1879-29 août 1914)

André Clerc (24 avril 1879-29 août 1914)

André Clerc.
© Ecole nationale des chartes
Image locale (image propre et limitée à l'article, invisible en médiathèque)

Lieutenant de réserve, André Clerc avait commencé la campagne par l'invasion de l'Alsace et la retraite de Mulhouse, où il fut blessé légèrement. Quelques jours après son régiment est de ceux qui s'efforcent de résister à l'avance allemande dans les plaines picardes ; il prend part à la bataille de Proyart, où, sans soutien d'artillerie, après huit heures d'un bombardement terrible, il doit céder pied à pied et évacuer le village à peine conquis. Blessé à nouveau, mais cette fois très gravement, le lieutenant Clerc fut abandonné sur le champ de bataille et expira bientôt, sans suffisant secours, malgré l'empressement que mit à le panser le dévoué soldat qui lui servait d'ordonnance. De l'aveu de tous, il était l'officier se dépensant sans compter, ménageant ses hommes, inattentif aux obus qui sifflent et tombent tout à l'entour, scrupuleux à l'excès, et dont la respectueuse affection de sa compagnie est la véritable récompense. Nommé après sa sortie de l'École archiviste départemental des Pyrénées-Orientales, André Clerc n'avait pas accepté ce poste ; d'autres projets le hantaient et l'ont détourné des travaux qui jusqu'alors l'avaient intéressé. Aussi n'a-t-il donné aucune suite au travail qu'il avait choisi comme sujet de thèse sur le célèbre cardinal de Châtillon, frère de l'amiral Coligny.